Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agression à Paris : le procès de l'agresseur présumé de Marie Laguerre est reporté au 4 octobre

jeudi 30 août 2018 à 8:19 Par Germain Arrigoni, France Bleu Paris et France Bleu

Le procès de l'agresseur présumé de Marie Laguerre, qui devait se tenir ce jeudi à Paris, a été reporté au 4 octobre prochain à la demande de la présidente ce jeudi.

Marie Laguerre, agressée à Paris en juillet 2018.
Marie Laguerre, agressée à Paris en juillet 2018. © AFP - Alain Jocard

Paris, France

Le procès de l'agresseur présumé de Marie Laguerre, qui devait avoir lieu ce jeudi à Paris, a été reporté au 4 octobre à la demande de la présidente ce jeudi. Elle souhaite qu'une expertise psychiatrique du suspect, plus poussée que celle effectuée en garde à vue, soit menée avant l'audience selon franceinfo. 

La date de renvoi n'a pas encore été fixée. Le tribunal est en train d'étudier la situation du prévenu, afin de décider de son placement sous contrôle judiciaire ou son maintien en détention provisoire. Le prévenu, âgé de 25 ans, compte déjà 9 condamnations à son casier judiciaire. Il a notamment été condamné, par le passé, pour violences (notamment à l'encontre de sa mère), séquestration et dégradations. Il a également été condamné dans le cadre d'une affaire de proxénétisme.

"J’attends que justice soit faite et que ce procès soit un procès symbolique pour tous les hommes qui se permettent d’avoir des comportements sexistes," avait expliqué Marie Laguerre sur franceinfo ce jeudi matin.

"Il ne faut pas laisser la haine diriger nos émotions"

La jeune femme avait publié sur les réseaux sociaux les images de vidéosurveillance de la scène montrant son agression, et le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "violence volontaire avec arme et harcèlement sexuel" le 30 juillet, à la suite de la plainte déposée par Marie Laguerre.

L’étudiante ne veut pas que ce procès se transforme un lynchage médiatique. "Lorsque j’ai publié les images de mon agression sur le réseaux sociaux, il y a eu un déferlement de haine contre cette personne, contre ce qu’elle représente. Je comprends que ce que j’ai subi fasse réagir, mais je trouve que la haine n’est jamais la réponse", poursuit Marie Laguerre. "Il faut laisser la justice faire son travail et ne pas laisser la haine diriger nos émotions."

La vidéo continue de circuler sur les réseaux sociaux. Sur la page Facebook de la jeune femme, elle a été visionnée plus de 2,3 millions de fois.