Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Femme retrouvée morte à Vivonne : l'homicide confirmé

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

L'autopsie pratiquée sur le corps d'une femme de 55 ans, retrouvée morte chez elle vendredi à Vivonne, confirme l'homicide. Une mort par strangulations. La piste du drame conjugal est privilégiée par les enquêteurs, après le suicide de son compagnon, le même jour.

La femme de 55 ans a été retrouvée morte au domicile familial.
La femme de 55 ans a été retrouvée morte au domicile familial. © Radio France - Adrien Bossard

Vivonne, France

La nouvelle a fait grand bruit à Vivonne, vendredi. L'ancien médecin de Vivonne, parti exercé depuis quelques à Civray, et sa femme, tous deux retrouvés mort, à deux endroits différents : au domicile familial pour la compagne, au pied d'un viaduc pour l'homme.

Le suicide du médecin étant vite confirmé, restait à savoir comment était morte sa compagne. L'autopsie pratiquée à Poitiers hier sur son corps permet de certifier qu'il s'agit d'un homicide. Une mort par strangulation. Il y a aussi des traces de coups notamment à la tête, un enfoncement du crâne dû à un objet contondant, introuvable pour le moment.

"Je viens d'avoir un coup de folie, j'ai tué ma femme"

Les soupçons se portent sur son compagnon. Les enquêteurs cherchent maintenant à établir un lien avec un appel reçu par la police vendredi matin. "Je viens d'avoir un coup de folie, j'ai tué ma femme", raconte un homme au téléphone avant de raccrocher.

L'hypothèse du drame conjugal est plus que jamais privilégiée par les enquêteurs, qui poursuivent leurs investigations. Il reste par exemple à auditionner les deux enfants du couple, et à autopsier le corps du médecin mardi à l'institut médico légal de Poitiers.