Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Femme poignardée à Orléans : le meurtrier mis en examen pour "assassinat en récidive légale"

mardi 29 mai 2018 à 6:45 Par Eric Normand, France Bleu Orléans et France Bleu

L'homme de 34 ans suspecté d'avoir tué une femme de 31 ans samedi à Orléans a été mis en examen lundi soir pour "assassinat en récidive légale." L'autopsie révèle qu'il a asséné vingt coups de couteau. La victime et son meurtrier présumé avaient entretenu une relation amoureuse.

L'agression mortelle a eu lieu samedi matin à Orléans
L'agression mortelle a eu lieu samedi matin à Orléans © Radio France - Anne Oger

Orléans, France

L'homme suspecté d'avoir tué une femme de 31 ans samedi à Orléans a été déféré au parquet d'Orléans lundi soir et mis en examen pour "assassinat en récidive légale." Lucie, mère de trois enfants, était en fait son ancienne petite amie, il y a 16 ans. Malik Sow l'a tuée en bas de son immeuble de plusieurs coups de couteaux. "L'autopsie a révélé 20 coups, dont 5 plaies ont été mortelles," explique Nicolas Bessone, le procureur de la république d'Orléans. Transportée en urgence vitale à l'hôpital de la Source, la jeune femme était décédée samedi en début d'après-midi des suites de ses blessures au cou et au thorax. 

Une circonstance aggravante en lien avec un précédent meurtre en 2002

C’est sous les yeux de Lucie en septembre 2002 que Malik Sow poignarde mortellement un jeune livreur de pizza âgé de 18 ans place du Martroi à Orléans. A l'époque, il a 18 ans, Lucie en a 15 et forment un couple fusionnel. Une rivalité de quartiers entre celui des Blossières à Orléans et celui des Chaises à Saint-Jean-de-la-Ruelle serait à l’origine du drame. Deux ans plus tard, Malik est condamné à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d’Assises du Loiret. Agé aujourd’hui de 35 ans, il a bénéficié d’un régime de semi-liberté en 2012 puis a été placé en liberté conditionnelle en 2013. 

14 ans après, il récidive et la préméditation est retenue 

"La préméditation a été retenue," explique Nicolas Bessone, le procureur de la République à Orléans, "le meurtrier présumé reconnaît les faits." Samedi dernier, il a voulu avoir une discussion avec Lucie. En Novembre 2017, il a repris contact avec elle, via les réseaux sociaux et ils entretenaient "même de nouveau une relation sentimentale épisodique," ajoute le procureur. 

Mais depuis quelques jours, elle voulait tout arrêter. "Une relation impossible" lui aurait-elle dit. Alors il l'a appelée plusieurs fois au téléphone jusqu'à ce samedi tragique, où il s'est déplacé chez elle à Orléans alors qu'il habite à Paris. Comme elle ne voulait pas ouvrir, il a tambouriné à la porte, et attendu de longues minutes. 

"C'est alors un déchaînement de violence," ajoute Nicolas Bessone. 20 coups de couteau révèle l'autopsie. Malik ne se souvient de rien. "C'était un geste impulsif," explique-t-il. C'est pourquoi il réfute la préméditation. Pourtant, selon le procureur Nicolas Bessone, la préméditation ne fait guère de doute. Non seulement, il a menacé de mort la jeune fille l'avant veille et la veille au téléphone, mais il est aussi venu à Orléans avec un couteau de chasse. Une arme qu'il a d'ailleurs cachée dans une poubelle à proximité. 

Sous libération conditionnelle

L'homme avait été placé en liberté conditionnelle en 2013. Il était cuisinier dans la restauration collective, venait pointer au commissariat et suivait son obligation de suivre des soins. C'était un dossier sans histoire pour le juge d'application des peines. Le suspect a été placé en détention provisoire dans l'attente de son deuxième procès. "Il encourt la prison à perpétuité avec une peine incompressible de 22 ans," précise le procureur.