Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Feria de Dax 2019

Feria de Dax : face à l'alcoolisation massive des mineurs, la justice enquêtera sur les parents

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu

Cette année, les autorités ont prévenu : face aux cas réguliers de mineurs en état d'alcoolisation massive à la Feria, des investigations seront menées pour mettre en cause la responsabilité pénale des parents.

Un comptoir dans le parc des arènes de Dax. Photo d’illustration.
Un comptoir dans le parc des arènes de Dax. Photo d’illustration. © Radio France - PF

Dax, France

La Feria, la fête et ses excès. Cette année, les autorités ont mis en avant la problématique de l'alcoolisation massive des mineurs. Vous en avez surement croisées dans les rues en fête de Dax : ces bandes de jeunes avec des bouteilles remplies de mélanges, de l'alcool fort déjà préparé. Face à cela, la sous-préfète de Dax et le procureur de la République préviennent :  ils seront intransigeants. 

Il est interdit de vendre de l'alcool aux mineurs

Pas besoin de marcher très longtemps pour tomber sur un groupe de jeunes visiblement composé de mineurs, verres d'alcool à la main. Comme autour des arènes à 21 heures un soir de Feria. Alizé et ses copains ont entre 16 et 18 ans. La jeune fille de 17 ans tient dans sa main   une bouteille en plastique d'un mélange vodka - jus de pomme. "Je connais mes limites", affirme Alizé quand on lui évoque l'interdiction légale de boire pour une mineure. Quand on lui parle de coma éthylique, elle répond : "je ne me mettrais jamais dans un état comme ça". Elle affirme qu'on ne lui demande jamais sa carte d'identité quand elle va prendre commande dans un bar de la Feria de Dax.  

Personne n'a demandé son âge non plus à Morgane, qui revient d'un bar du parc des arènes avec une bière. La jeune fille a 17 ans. Elle raconte ne jamais boire beaucoup, mais que ses amis de 16 ou 17 ans tombent souvent dans l’excès : " J'en connais plusieurs qui se mettent dans des états piteux et lamentables. 

Le week-end dernier, on a fait les fêtes de village et j'ai du appeler les pompiers pour une copine à moi parce qu'elle a fait un coma éthylique. Elle a 16 ans et ses parents ne savaient pas qu'elle faisait la fête. Elle a fini chez les gendarmes, elle s'en souviendra."

Dix mineurs en état d'alcoolémie massive en 2 jours de Feria

Sur les deux premières nuit de cette Feria de Dax 2019, dix mineurs se sont retrouvés en état d'alcoolisation massive, transférés par les secouristes au centre de secours principal de la ville. L'un de ces mineurs a même du être hospitalisé. Pourtant, la loi interdit la vente d'alcool aux mineurs. Les bodegas de Dax ont même signé une charte avec la mairie pour leur rappeler cette obligation légale. Ce n'est visiblement pas suffisant, alors la sous préfète de Dax, Véronique Deprez-Boudier, durcit le ton : "J'en appelle à la responsabilité des parents. S'agissant de l'alcoolisation des plus jeunes, on aura une action combinée avec le procureur de la République".  

"On trouve beaucoup de mineurs  livrés à eux-mêmes au milieu de la Feria", regrette à son tour Jean Luc Puyo, le procureur de la République de Dax. Selon la loi, les parents sont civilement responsables des dégâts causés par leur enfant mineur. En revanche, rien dans les textes ne permet de condamner un parent parce que son enfant à trop bu en son absence. Mais le procureur de Dax a une solution qu'il se dit prêt à employer. Il s'agit de l'article 227-17 du code pénal : le délaissement d'enfant : "Le fait, par le père ou la mère, de se soustraire, sans motif légitime, à ses obligations légales au point de compromettre la santé, la sécurité, la moralité ou l'éducation de son enfant mineur est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende". 

Le procureur de la République de Dax assure qu'il lancera des investigations à chaque fois qu'un mineur sera retrouvé au poste de secours principal ivre. Pour comprendre comment il s'est alcoolisé dans la rue sans la surveillance d'un majeur responsable. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu