Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fermeture de la Plage pour 15 jours à Bordeaux : le patron dit mériter la sanction

jeudi 17 mai 2018 à 18:06 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Patrick Lalanne, le patron de la discothèque La Plage à Bordeaux, fait amende honorable. Oui le préfet a eu raison de fermer pour deux semaines son établissement. Il y a un problème de sécurité qu'il disait ignorer jusqu'ici.

Illustration - discothèque
Illustration - discothèque © Maxppp -

Après la décision du préfet de la Gironde Didier Lallement, de sanctionner en fermant deux semaines, la discothèque La Plage, quai de Paludate, "en raison d'atteintes répétées à l'ordre public", Patrick Lalanne, le patron de la plus grosse discothèque de Bordeaux, prend la parole et fait son mea culpa.

France Bleu Gironde : quel est votre état d'esprit alors que la décision du préfet vous a été notifiée ?

Patrick Lalanne : Je ne vais pas contester cette décision, car, à la suite de mon entrevue, notamment avec le commissaire de Bordeaux, j'ai vu des choses, que j'ignorais jusqu'ici. Effectivement, au niveau de la sécurité, j'ai un problème, que je vais résoudre. Peut-être, n'ai-je pas été assez vigilant, peut-être, ai-je trop délégué ? Mais aujourd'hui, le plus important, c'est que je dois m'excuser auprès de mes clients.

Vous n'aviez pas connaissance des vidéos montrant les violences ?

Non, je n'avais pas vu ces images de violences, à ma porte. Vraiment. Et ce sont des comportements qui ne sont pas dignes d'une discothèque comme la mienne.

Comment pouviez-vous l'ignorer ?

Je sais pas. Un manque de contrôle ? J'ai délégué, et ça n'a pas été respecté. Je ne peux pas être partout à la fois et passer mes journées à visionner les images de caméras de vidéosurveillance de la veille. J'ai des responsables et on ne m'a rien dit. Il y a eu de mauvais comportements. J'ai eu ma sanction. Je la mérite. Je n'ai jamais menti. C'est juste que je n'avais pas tous les éléments. Donc je ne suis pas idiot. Je vais prendre les mesures qui s'imposent. Et ce sera terminé.

Vous allez licencier des agents de sécurité ?

C'est ce qui va se passer oui, pour certains d'entre eux, car c'est vraiment très grave.

Deux semaines de fermeture, c'est un manque à gagner important ?

Très très important oui. Ce que je vais perdre là, c'est l'équivalent de mon sponsoring pour l'UBB et les Boxers. Et comme je suis un gestionnaire d'entreprise, il va falloir que je coupe quelque part dans le budget. Alors je vais dire à Laurent Marti, que la saison à venir, je ne vais plus suivre l'UBB, comme je vais aussi le dire, aux Boxers de Bordeaux.

Mais il n'est pas question de partir et de lâcher La Plage ?

Vous savez, j'ai été vexé et je ne veux pas partir avec cette image là, parce que ce n'est pas moi. Et les reproches ne sont que pour le service de sécurité. Et je répète, je veux m'excuser auprès des clients. Le préfet a eu raison de me fermer. Et ces quinze jours vont me permettre de tout remettre en ordre, parce que je ne veux plus à avoir à lire ça sur internet. Jamais, jamais.