Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ferrières-en-Gâtinais : le corps retrouvé en forêt mercredi dernier est identifié

mercredi 27 mars 2019 à 7:22 Par Antoine Denéchère, France Bleu Orléans

Le procureur de la République de Montargis indique que le corps retrouvé dans une zone boisée de Ferrières-en-Gâtinais le 20 mars dernier a été identifié. Il s'agit de celui d'une habitante de la commune qui était portée disparue depuis un mois.

Illustration Gendarmerie
Illustration Gendarmerie © Radio France - Victor Vasseur

Ferrières-en-Gâtinais, France

Le procureur de la République de Montargis indique à France Bleu Orléans que le corps retrouvé par un promeneur le 20 mars à Ferrières-en-Gâtinais, dans le nord-est du Loiret, a été identifié. Il s'agit de celui de Christine Leplus, une femme de 57 ans portée disparue depuis le 17 février. Un appel à témoins avait alors été diffusé par la gendarmerie.

Il a fallu six jours pour identifier le corps

Le corps dénudé de cette habitante de Ferrières-en-Gâtinais avait été découvert dans une zone boisée et isolée, "en état de décomposition". L'autopsie pratiquée le lendemain à l'institut de médecine légale de Corbeil-Essonne n'avait pas permis de l'identifier, c'est chose faite depuis ce mardi 26 mars, indique Loïc Abrial.

Les causes du décès restent à déterminer

En revanche, le procureur explique que les causes de la mort restent inconnues : "des analyses complémentaires, toxicologiques et anatomopathologiques, sont toujours en cours", selon Loïc Abrial. l'enquête de gendarmerie se poursuit.