Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Festayre percuté à Orthevielle (Landes) : les circonstances du drame se précisent

jeudi 9 août 2018 à 19:14 Par Stéphanie Hildenbrandt, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne et France Bleu Pays Basque

Les gendarmes landais sont toujours à la recherche de l’automobiliste qui a mortellement percuté un festayre samedi 4 août 2018 au petit matin à Orthevielle. Après l'autopsie du corps de la victime, les circonstances du drame se précisent. Le jeune homme était vivant au moment du choc.

Les gendarmes recherchent toujours l'automobiliste qui a mortellement percuté un festayre.
Les gendarmes recherchent toujours l'automobiliste qui a mortellement percuté un festayre. © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Orthevielle, Landes, France

La voiture a roulé sur un corps vivant. Le jeune militaire était sans doute endormi mais il était bien vivant au moment du choc. Le vice-procureur de Dax est catégorique. Le jeune homme rentrait chez lui à pied à Port-de-Lanne, après avoir quitté les fêtes de Peyrehorade. L'autopsie révèle plusieurs choses. D'abord le festayre était couché sur la route, perpendiculairement à la route. Sa tête se trouvait du côté du bord de la route. "Il n'avait aucune chance de s'en sortir" commente le vice-procureur.

Un travail de longue haleine

L’autopsie nous apprend par ailleurs que le jeune homme était fortement alcoolisé. Il avait 2,42 grammes d'alcool par litre de sang. Les analyses toxicologiques n'ont pas trouvé de trace de stupéfiant. "C'est vraiment le choc qui l'a tué" martèle le parquet qui parle désormais d'un travail de longue haleine pour retrouver le chauffard. 

Le vice-procureur compte sur le battage médiatique pour trouver l'auteur du drame qui roulait apparemment très vite. Ce dernier n'a pas pu ignorer l'accident. Il a forcément ressenti le choc qui  a été très violent. La preuve étant ces débris de voiture retrouvés sur les lieux du drame. L'état du corps de la victime témoigne également de cette violence.

L'analyse des débris retrouvés sur les lieux du drame a permis aux enquêteurs d'affiner leurs recherches.  Depuis 2 jours maintenant, les enquêteurs ont une liste affinée de modèle des marques Peugeot et Citroën.