Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - "Fête à Macron" : 2.000 policiers et gendarmes sont mobilisés

vendredi 4 mai 2018 à 15:44 Par Thibaut Lehut, France Bleu Paris et France Bleu

Le préfet de police de Paris a annoncé ce vendredi qu'un "dispositif conséquent et puissant" sera mis en place samedi, à l'occasion de la "Fête à Macron" organisée par la France Insoumise. Les auorités redoutent des débordements, après les violences du 1er mai.

Le ministère de l'Intérieur mobilise 500 policiers et gendarmes supplémentaires pour cette "Fête à Macron".
Le ministère de l'Intérieur mobilise 500 policiers et gendarmes supplémentaires pour cette "Fête à Macron". © AFP - Guillaume Pinon / Nurphoto

Conséquence "de l'effort supplémentaire voulu par le gouvernement", environ 2.000 policiers et gendarmes seront mobilisés samedi pour encadrer la "Fête à Macron" organisée à Paris. Un "dispositif conséquent et puissant", selon le préfet de police de Paris.

Au lendemain des débordements spectaculaires causés par quelque 1.200 "black blocs" lors du défilé du 1er-Mai, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb avait promis "encore plus de forces de l'ordre lors des prochaines manifestations". Ce sont donc 500 policiers et gendarmes supplémentaires qui sont mobilisés "tout au long de l'itinéraire afin d'être en capacité d'intervenir dans les délais les plus brefs".

Contrôles en amont de la manifestation

Le préfet de police a expliqué que les services de police n'observaient pas d'appels similaires à ceux lancés avant le défilé du 1er-Mai, mais a estimé qu'il y a "tout lieu de penser que des individus animés par le seul désir de commettre des violences et de s'en prendre aux forces de l'ordre, tenteront de nouveau de s'intégrer dans la manifestation afin de constituer un black bloc". Sur réquisitions du procureur de la République, des contrôles pourront être menés "en amont" de la manifestation avec l'objectif d'interpeller "toutes les personnes" porteuses d'objets pouvant constituer des armes par destination et souhaitant prendre part au cortège, a-t-il détaillé.

La "Fête à Macron", organisée un an après l'élection d'Emmanuel Macron et initiée par le député LFI François Ruffin, se veut "joyeuse et festive", selon les mots de Jean-Luc Mélenchon. Le cortège partira de la place de l'Opéra pour rejoindre la place de la Bastille.

Poursuites en cours contre les "casseurs" présumés du 1er-Mai

Le 1er-Mai dernier, 109 personnes ont été placées en garde à vue suite aux violences et dégradations survenues en marge du cortège parisien. Environ la moitié de ces personnes arrêtées avait été remise en liberté mercredi sans faire l'objet de poursuite. Les autres font l'objet de poursuites.

Six devaient être jugés jeudi en comparution immédiate mais ont obtenu le renvoi de leur procès, pour la plupart au 30 mai. Sept autres vont être présentées vendredi à un juge d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen. Douze suspects vont être jugés en comparution immédiate ce vendredi, et deux autres ont été convoqués pour un procès à une date ultérieure. Enfin, treize personnes devaient se voir notifier un rappel à la loi par un délégué du procureur.

  - Aucun(e)
-