Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fête clandestine à Joinville-le-Pont : trois personnes interpellées

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Trois personnes ont été placées en garde à vue ce dimanche matin, après l'organisation d'une fête clandestine qui a rassemblé plus de 300 personnes dans la nuit de vendredi à samedi à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne).

Police nationale (illustration)
Police nationale (illustration) © Maxppp - Rémy Perrin

La police a placé en garde à vue ce dimanche matin trois personnes, dont le propriétaire du pavillon et l'organisateur de la soirée clandestine qui a réuni plus de 300 personnes à Joinville-le-Pont. Une enquête a été ouverte pour "mise en danger de la vie d'autrui", "violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique", "menaces et actes d'intimidation commis contre des personnes exerçant une fonction publique", et "travail dissimulé".

En 24 heures, trois personnes ont été interpellées : le gardien samedi matin sur les lieux, le propriétaire qui s'est présenté aux forces de l'ordre samedi soir, et l'organisateur ce dimanche matin dans le Val-d'Oise. Deux fêtard ont aussi été auditionnés, sans être placés en garde à vue.

Le maire de Joinville va porter plainte "dès lundi", a-t-il annoncé à la mi-journée. "Quand on entend qu'il y a eu 44 000 morts du Covid-19 en France, on ne peut être qu'indigné par le manque de responsabilité des organisateurs", a précisé Olivier Dosne, très en colère, soulignant que cette fête clandestine n'était pas une première : "Nous avons une dizaine de signalements des riverains depuis le mois d'août qui ont été transmis à la police nationale."

Dans la nuit de vendredi à samedi, les policiers sont intervenus dans un pavillon pour mettre fin à une soirée qui a dégénéré. Entre 300 et 400 personnes étaient rassemblées pour faire la fête, en plein confinement, "dans un mépris total des règles sanitaires", selon les enquêteurs. 

Au moins un des participants a été testé positif au Covid-19. Dans un communiqué publié samedi après-midi, la préfecture de police invite l'ensemble des fêtards "à se faire dépister dans les meilleurs délais et à s'isoler au moins jusqu'à réception des résultats de leur test".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess