Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fête clandestine à Marseille : cinq personnes placées en garde à vue

-
Par , , France Bleu Provence

Cinq personnes sont poursuivies après la fête clandestine qui avait rassemblé près 500 personnes au mois de décembre quartier Plombières à Marseille. Parmi les cinq personnes interpellées figurent les trois organisateurs présumés.

C'est dans ce hangar que la fête a été organisée dans le 14ème arrondissement de Marseille.
C'est dans ce hangar que la fête a été organisée dans le 14ème arrondissement de Marseille. © Maxppp - SPEICH F

C'était le 13 décembre dernier, quartier Plombières à Marseille dans le 14e arrondissement. Les forces de l'ordre interviennent en pleine crise sanitaire dans une salle où 500 personnes sont réunies pour faire la fête en plein confinement. La plupart des fêtards a échappé à l'amende des 135 euros, mais les enquêteurs ont poursuivi leur travail pour mettre la main sur les organisateurs de l'événement. 

Des peines encourues jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende

C'est la Sûreté urbaine de la division nord qui a enquêté et donc permis d'interpeller cinq personnes dont les trois organisateurs présumés de la soirée interdite. Ces trois personnes risquent la plus lourde peine, jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende pour travail dissimulé. Ça, c'est pour le préjudice de l'Urssaf. 

Les personnes sont poursuivies pour mise en danger de la vie d'autrui. On n'organise pas de fête en période de confinement, surtout quand cette fête s'est déroulée pratiquement comme au bon vieux temps, sans aucun masque de rigueur. 

Les deux autres personnes poursuivies et déjà condamnées à des peines de prison avec sursis (quatre et six mois) et des amendes de 1.500 et 2.500 euros sont celles qui ont permis à la fête d'avoir lieu : embauche du personnel, sans contrat évidemment d'une part, de l'autre, la location du matériel qui a permis aux fêtards imprudents de festoyer. Ils étaient 500 ce soir-là à se retrouver dans ce local. 

Les trois autres personnes, considérées comme les organisateurs principaux de cette soirée, seront jugées le 14 juin 2021. En attendant, deux ont été placés en détention provisoire et l'une est sous contrôle judiciaire. Elles sont poursuivies pour travail dissimulé à l'égard de plusieurs personnes et pour mise en danger de la vie d'autrui. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess