Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fête clandestine de Joinville-le-Pont : un participant blessé lors de l'intervention policière porte plainte

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

L'un des participants à la fête clandestine de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) en novembre dernier a porté plainte pour violences volontaires en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique avec usage d’armes, mercredi 17 février. Il a perdu un œil. Une enquête est ouverte.

Police nationale [photo d'illustration].
Police nationale [photo d'illustration]. © Radio France - Richard Vivion

Mohamed O., l'un des participants à une fête organisée pendant le confinement, en novembre dernier à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), a perdu son œil en marge de l'intervention de policiers qui ont fait usage de grenades de désencerclement. D'après les informations recueillies par France 3, il a porté plainte, mercredi 17 février, pour violences volontaires en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique avec usage d’armes. Le parquet de Créteil a ouvert une enquête. Elle a été confiée à l'inspection générale de la police nationale (IGPN).

Cette fête clandestine avait réuni quelque 300 personnes dans un pavillon durant le second confinement. Lors de cette soirée, les policiers étaient intervenus vers 2 heures, pour tapage nocturne et pour une rixe à l'intérieur de la maison. Les forces de l'ordre ont alors utilisé des grenades de désencerclement. Une "grenade arrive à mes pieds", assure Mohamed O auprès de France 3. L'œil en sang, il parvient à sortir de l'appartement. "J'ai demandé aux policiers d'appeler les pompiers, mais ils m'ont répondu de me démerder... Son collègue m'a répondu 'Il te reste un œil'", assure-t-il.  "Les policiers, eux reconnaissent l’usage de grenades de désencerclement, après avoir été pris pour cible dans le loft", indique maître Dray, avocat de Mohamed O.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess