Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fête clandestine du Burgaud : l'organisateur toulousain maintenu en détention

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

La chambre d'instruction de la cour d'appel de Toulouse a rendu sa décision ce jeudi. L'organisateur de la fête clandestine du Burgaud, le 10 avril dernier, est maintenu en détention provisoire à la prison de Seysses. Son avocat, Maître Ferdinand Djammen Nzepa, va de nouveau faire appel.

Palais de justice de Toulouse.
Palais de justice de Toulouse. © Radio France - Stéphanie Mora

Le jeune Toulousain de 27 ans qui a organisé la fête clandestine au début du moins d'avril dans un gîte du Burgaud près de Toulouse reste en détention provisoire à la prison de Seysses. C'est la chambre d'instruction de la cour d'appel de Toulouse qui a annoncé la décision en début d'après-midi ce jeudi. Selon l'avocat Ferdinand Djammen Nzepa contacté par France Bleu Occitanie, le parquet "a besoin de temps pour examiner le dossier du jeune homme".

"On ne comprend toujours pas cette décision"

Placé en détention provisoire le 13 avril suite à demande du parquet de Toulouse, le client de Me Ferdinand Djammen Nzepa va de nouveau faire appel de cette décision qu'il juge toujours incompréhensible : "Je viens de l'apprendre, explique l'avocat_, je ne comprends pas cette décision, il devrait être auprès de sa compagne (ndlr : qui est enceinte de sept mois), c'est un acharnement"_ martèle l'avocat après le nouvel arrêt de la chambre de l'instruction de la cour d'appel.

Une détention à la hauteur de la gravité des faits 

Selon l'avocate générale, l'organisation d'une telle fête "au moment où la pandémie fait des centaines de milliers de morts" constituait un "trouble exceptionnel et incontournable à l'ordre public". Les deux organisateurs avaient en effet bien planifiés leur soirée. Le chiffre d'affaire de cette fête clandestine s'élève à 7.500 euros, pour un bénéfice net de 5.200 euros, ce qui a engendré une mise en examen pour dégradation volontaire du bien d'autrui, travail dissimulé, recel et mise en danger de la vie d'autrui.

L'organisateur toulousain de 27 ans reste donc en détention provisoire à la prison de Seysses en attendant l'appel de l'avocat de la défense.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess