Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fête clandestine du Burgaud : le parquet demande le maintien en détention de l'organisateur

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le maintien en détention de l'un des organisateurs de la fête clandestine du Burgaud (Haute-Garonne) le 10 avril a été demandé par l'avocate générale ce mardi matin. L'avocat du détenu demande de son côté sa libération sous contrôle judiciaire. La décision doit être rendue ce jeudi.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse.
La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse. © Radio France - Pascale Dayel

Une nouvelle audience s'est tenue ce mardi matin à la chambre d'instruction de la cour d'appel de Toulouse concernant la soirée clandestine organisée au Burgaud au nord de Toulouse, à la frontière du Tarn-et-Garonne, le 10 avril. Un des deux organisateurs de cette soirée ayant ramené plus d'une centaine de fêtards dans un gîte est pour l'instant en détention provisoire à la prison de Seysses. 

L'avocat du jeune homme, maître Ferdinand Djammen Nzepa, a fait appel de cette mise en détention. Il demande désormais la libération de son client et son placement sous contrôle judiciaire

Un maintien en détention "justifié"

De son côté, l'avocate générale réclame le maintien en détention provisoire du jeune homme, organisateur d'une soirée "parfaitement structurée, organisée en plein confinement" et qui constitue selon elle "un trouble exceptionnel et incontournable à l'ordre public", d'après les propos recueillis par nos confrères de l'AFP.

Le ministère public trouve également que cet emprisonnement est "justifié". Le jeune homme en question, âgé de 27 ans, est autoentrepreneur dans la communication et le domaine de la musique. 

La chambre d'instruction de la cour d'appel de Toulouse doit rendre sa décision ce jeudi

Choix de la station

À venir dansDanssecondess