Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Économie – Social

Feu vert à la vente des Girondins de Bordeaux : et maintenant ?

vendredi 12 octobre 2018 à 19:33 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

Après le vote de Bordeaux-Métropole, qui lève le dernier obstacle au rachat du club par les américains de GACP, la vente effective du club aura lieu à la fin octobre. Joe DaGrosa espère annoncer "d'ici quelques jours" le nom du nouveau président, "un français avec de l'expérience".

Joe DaGrosa, après son audition jeudi soir par les élus de Bordeaux Métropole
Joe DaGrosa, après son audition jeudi soir par les élus de Bordeaux Métropole © Maxppp -

Bordeaux, France

Après 19 ans sous la bannière de M6, une page de l'histoire des Girondins de Bordeaux va donc se tourner. Le dernier obstacle avant le passage du club sous pavillon américain a été levé, avec le vote vendredi matin des élus de Bordeaux-Métropole. 

La vente effective du club n'est plus désormais qu'une question de jours. Il faudra sans doute attendre la fin du mois d'octobre, et la clôture des comptes, a indiqué Nicolas De Tavernost, le président du directoire de M6, à la tête du club depuis 19 ans. La chaîne de télé qui va d'ailleurs empocher un passage un joli chèque de 75 millions d'euros.

La première mission du repreneur sera ensuite de trouver un nouveau président aux Girondins, pour remplacer Stéphane Martin, qui va être remercié après avoir passé un an et demi aux manettes. Alain Juppé avait une exigence  : que ce soit un français , connaisseur du monde du football , avec une excellente expérience. Un voeu qui sera exaucé, a promis jeudi soir Joseph Da Grosa, lors de son audition par les élus de la métropole bordelaise. "Je peux affirmer formellement que ce sera un français, nous avons déjà eu des entretiens avec un certain nombre de candidats, nous avons une "short list" de deux ou trois noms, nous ferons notre choix dans quelques jours, et nous l'annoncerons dans la foulée", a expliqué jeudi soir le patron de GACP.  

Mais le projet sportif reste à définir. Joe DaGrosa a donné deux pistes jeudi soir : ne pas faire de la vente des joueurs sa priorité première, et investir dans la formation.

Le choix du président, premier test pour les supporters 

Pour les supporters, le choix du président sera effectivement un premier test pour savoir dans quelle direction veulent aller les repreneurs. Pour Stéphane Pouzet, supporter depuis 30 ans et membre du bureau des Irréductibles, "Quand on verra qui est choisi, on en pourra affiner le sentiment que l'on peut avoir sur le projet sportif." Selon lui, Joe Da Grosa a commis une erreur dans ses premières déclarations, en affirmant que les Girondins voulaient concurrencer rapidement  le Paris Saint-Germain.  "C'est complètement loufoque et irréaliste. Ce n'est pas obligatoirement ce qu'on demande. Ce qu'on demande, c'est d'avoir une équipe qui porte haut les couleurs du club, et qui donne le maximum pour donner du plaisir aux spectateurs." 

Insuffler une philosophie, une fierté de porter le maillot à scapulaires, ce serait déjà extraordinaire. — Stéphane Pouzet, des Irréductibles. 

"Pas obligatoirement concurrencer le PSG, mais redonner une fierté à cette équipe" Stéphane Pouzet, des Irréductibles