Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Feux de voitures à Saint-Étienne et la Ricamarie : deux jeunes de 15 et 16 ans mis en examen

vendredi 8 juin 2018 à 19:07 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Deux mineurs ont été mis en examen pour l'incendie de quatre véhicules à Saint-Étienne. Des incendies sans doute lié à l’accident de quad de vendredi.

Depuis l'accident de quad, une soixantaine de voituers ont brûlés.
Depuis l'accident de quad, une soixantaine de voituers ont brûlés. © Maxppp -

Saint-Étienne, France

Depuis l’accident de quad du 1er juin à la Ricamarie, où un jeune de 21 ans a été blessé alors que des policiers voulaient le contrôler,  60 voitures ont été brulées. Plusieurs communes de l’agglomération ont été touchées par le phénomène. La Ricamarie évidemment mais aussi Le Chambon-Feugerolles, Saint-Étienne ou encore Firminy ont eu à dénombrer des voitures brûlées. 

Jeudi 7 juin, deux mineurs ont été placés en examen dans le cadre de ces évènements. Ils sont soupçonnés d'avoir incendié quatre voitures mardi soir dans le quartier de Montchovet, dont une par propagation des flammes. 

Récidiviste 

Les garçons de 15 et 16 ans ont été placés sous contrôle judiciaire par un juge des enfants. Le parquet avait pourtant requis le placement en détention provisoire du plus âgé présenté comme récidiviste. L’adolescent de 16 ans est par ailleurs suspecté d'outrages et de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique dans le cadre de son interpellation et de sa garde à vue. 

Dans le dossier de l’accident, le parquet de Saint-Étienne a saisi l'IGPN pour déterminer les circonstances du drame.