Faits divers – Justice

La justice retoque le fichage ADN des chiens à Béziers

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu mercredi 14 septembre 2016 à 12:15

Le maire de Béziers présentait le dispositif de fichage des chiens en avril dernier
Le maire de Béziers présentait le dispositif de fichage des chiens en avril dernier © Maxppp -

Le tribunal administratif de Montpellier a suspendu ce mercredi la délibération du conseil municipal de Béziers autorisant le fichage ADN des chiens pour lutter contre les déjections canines.

Le 22 avril dernier, le maire de Béziers Robert Ménard présentait une nouvelle mesure pour lutter contre les déjections canines en ville : le fichage ADN des chiens. L'objectif était de pouvoir retrouver facilement les propriétaires qui ne ramassent pas les crottes de leur animal.

Cette mesure était votée en conseil municipal le 2 juin dernier. Une délibération qui n'a pas du tout plu au sous-préfet de Béziers, qui a décidé d'attaquer le texte devant le tribunal administratif au nom de l'atteinte aux libertés individuelles.

La justice a tranché ce mercredi et décidé de suspendre la délibération du conseil municipal. Le dossier n'a pas été examiné sur le fond, mais pour l'instant uniquement sur la forme, le tribunal administratif estime que le fichage des propriétaires de chiens ne repose sur aucune base légale.

"Ce fichage était une sorte de collier mis au cou des propriétaires"

C'est une satisfaction pour le sous préfet de Béziers, Christian Pouget : "A partir du moment où vous obligez des propriétaires à déclarer dans un fichier leur chien pour uniquement se promener dans la ville, c'est disproportionné. C'était d'une certaine façon un collier mis au cou du propriétaire de chien et pas seulement au chien lui même . Et une fois encore , le fait d'avoir un chien et de se promener avec lui ne fait pas de vous quelqu'un qui ne respecte pas les règlements sanitaires."

Christian Pouget, sous préfet de Béziers

"C'est une mesure de bons sens"

"Le sous préfet fait de la politique, moi je me contente de faire du droit" rétorque Robert Ménard, le maire de Béziers. "C'est un débat que nous aurons dans quelques mois sur le fond. C'est une mesure de bon sens, les Biterrois y sont favorables car elle permettrait de rendre la ville plus propre et de faire des économies."

Robert Ménard