Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Le zoo d'Amnéville dans la tourmente

Fichage, vidanges sauvages, animaux enterrés : enquête sur les pratiques pas très nettes du zoo d’Amnéville

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu, France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Alsace, France Bleu Champagne-Ardenne

Une dizaine de salariés et ex-salariés du zoo dénoncent des pratiques à peine croyables au zoo d’Amnéville : fichage de salariés, vidanges dans la nature, salaires non déclarés, animaux enterrés. Rien ne va plus dans le parc mosellan, criblé de dettes et attaqué par 120 personnes aux prud’hommes.

Le zoo d'Amnéville : l'enfer du décor?
Le zoo d'Amnéville : l'enfer du décor? © Radio France - Antoine Barège

Amnéville, France

Zoo d'Amnéville : l'enfer du décor?

Comment en est-on arrivé là ? À cette question, la plupart des salariés et ex-salariés rencontrés par France Bleu Lorraine ont une réponse : la mort de Jean-Marc Vichard

Ce salarié de la première heure est entré dans l’entreprise à sa création en 1986, il en était devenu directeur adjoint et indispensable allié de Michel Louis, le fondateur et inspirateur du zoo d’Amnéville. Mais le 13 juillet 2011, Jean-Marc Vichard, fauché par le cancer, meurt à 49 ans. Ensuite ? «C’est parti en couilles» raconte un très proche des deux hommes. 

Liste noire : « tout le monde savait »

C’est une liste qui aurait été tenue par plusieurs personnes dans les bureaux du zoo : un fichier Excel portant le nom "Olive Black List" qui contient 214 noms. Des salariés dont le nom est surligné en jaune : "Élément perturbateur au service restauration", "pb prud’homme", "problème en caisse" ou encore "problème en fin de contrat, a réclamé des heures impayées"

Des visiteurs sont également recensés, suspectés d’être "anti-cirque, anti-tigerworld, anti-parc marin", "sympathisant association animaliste", "militant fondation Brigitte Bardot"

Robert n’est "pas surpris "d’être blacklisté. Après dix ans passés au zoo, il a attaqué le parc devant le conseil de prud’hommes pour un licenciement "du matin pour le soir". Patrick, lui aussi en jaune, le vit mal : "le zoo, c’était toute ma vie. Je n’ai pas à être sur la liste, je n’ai rien fait"

Cette liste noire, "c’était loin d’être un secret à Amnéville, tout le monde la connaissait"  nous explique Sophie, qui a fréquenté les bureaux du zoo d’Amnéville pendant trois ans. Début 2019, elle avait dénoncé à la police ce fichier, mais aux dernières nouvelles, il n’y a pas eu d’enquête.

La liste a joué des tours à la direction du zoo. Une salariée, qui a participé à des entretiens d’embauche, raconte qu’un jour, une personne se présente à un rendez-vous pour devenir animatrice. Problème : avec son collègue, ils se rendent compte "qu’elle ne peut pas être embauchée car elle est sur la liste. Elle avait aimé sur Facebook les pages de L214, une association de protection animale". Elle a une mention "sympathisant association animaliste". Il faut demander l’autorisation de l’enlever du fichier. Bingo, elle devient animatrice. 

Rencontré par France Bleu Lorraine, le directeur du zoo Michel Louis nie l’existence de cette liste : "c’est n’importe quoi, vous pouvez d’ailleurs regarder dans nos ordinateurs". Sauf que selon nos informations, un expert en informatique a passé la journée au zoo d’Amnéville ce lundi pour "nettoyer les ordinateurs", explique un salarié. Des disques durs débordaient d’ailleurs ce mardi des grandes poubelles du parc.

Gros salaires et beaux cadeaux

Jusqu’en 2014, les employés font la queue dans le bureau du directeur Michel Louis pour récupérer leur chèque, le premier jour du mois. Et puis les virements sont instaurés. En même temps que les embauches à tour de bras : "_des familles entières sont entrées, vous pouvez faire un arbre généalogique au zoo"_sourit Sophie. 

Un ancien proche de Michel Louis se dit "choqué" par les salaires qui sont, selon lui, démesurés : "une caissière à plus de 3.000€ par mois, ça paraît énorme, non ?

L’année 2012 marque un tournant, à en croire plusieurs employés. Le président de la République François Hollande abroge la défiscalisation des heures supplémentaires en septembre. Un gros changement pour Julie, entrée au zoo en janvier comme animatrice : "A partir de cette date, mon salaire est divisé en deux parties, 2.000€ sur ma fiche de paie et 4 à 500€ par mois en liquide ". 

Didier est lui aussi surpris : ce dresseur estime à "10% le montant de son salaire versé en espèces". Du liquide et des cadeaux pour les salariés les plus méritants aux yeux du directeur. "Une fois par an, Michel Louis invite dix salariés pour trois semaines de vacances tous frais payés". Kenya, Brésil, Bali… Même quand le zoo était en redressement judiciaire.

120 dossiers aux prud’hommes 

Officiellement le zoo d'Amnéville est constitué en SCOP, en société coopérative et participative ; autrement dit, il est propriété des salariés. Des employés qui encombrent pourtant le conseil de prud’hommes de Metz. Selon nos informations, 120 dossiers seraient traités actuellement par la justice... dont celui d’un certain Michel Louis ! Le patron a attaqué son propre zoo "pour se protéger" en cas de liquidation. L'audience est programmée le 3 février 2020.

  • Parmi les dossiers : Pascal, "viré pour alcoolisme" en 2017 après plus de dix ans passés au zoo. Daniel, licencié en 2019 parce qu’il est "un traître". Julie, partie en 2018 pour "chantage". Sandrine, pour "harcèlement moral". Sans oublier tous les gros salaires sacrifiés "pour licenciement économique"
  • Sébastien a encore du mal à en parler aujourd’hui. Un beau jour, début 2018, alors qu'il vient d'arriver au travail, Michel Louis le convoque. "Ça a duré 7 minutes pour 14 ans de travail. J’ai pris mes papiers et je suis parti". Même scénario pour Robert qui s’occupait des oiseaux : "j’ai une famille, des enfants, je n’ai pas eu d’explication alors que je passais 10 heures par jour au zoo"
  • Au retour d’un week-end, Julie se retrouve dans le bureau du directeur qui lui propose une rupture conventionnelle. La discussion se passe mal. Michel Louis est furieux : "même mon père ne m’a jamais parlé comme ça". Julie sort, licenciée pour chantage. Quelques minutes plus tard, son bureau était déjà vide, son ordinateur avait disparu. 
  • Fin 2018, Michel Louis débarque dans une réunion de cadres. La suite est racontée par un témoin : « il dit que le zoo va mal, qu’il faut se retrousser les manches, trouver des financements ». Et puis il pointe du doigt un responsable : "tu es viré, traître, collabo"

Jean-Pierre a attaqué le zoo mais ne veut pas d’argent : "Je veux juste qu’on reconnaisse que je n’ai fait aucune faute"

Les prud’hommes de Metz doivent se prononcer le 3 février prochain, mais pour Maître Florent Kahn, avocat de trois anciens du parc, "les critères de licenciement n’ont pas été respectés, il y avait des priorités". Pour l’avocat messin, "on a pris un motif qui, à la base, est normal et sain, c’est-à-dire les difficultés du parc, et on a l'a détourné pour pouvoir licencier les personnes qu’on avait choisies".

Michel Louis XIV

Dans cette enquête, Michel Louis n’est pas épargné par une partie des salariés du parc. Il est décrit comme un directeur colérique, entouré d’une cour. "Quand il a été seul décisionnaire, il a fallu gérer ses humeurs", dit un salarié parti de lui-même. Années après années, il est devenu "Michel Louis XIV". Il n’écoutait plus personne, pas même un comptable parti en Australie pour chercher de l’or puis revenu en France. Un salarié surprend une dispute entre les deux hommes : "Tu vas trop loin Michel, ça va mal finir". Ce comptable est revenu au zoo depuis juin dernier. 

Personne ne sait dire d’où vient le liquide, mais un employé de la restauration nous explique que le 15 août, les bars et restaurants rapportent 200.000€, en grande partie en liquide. Selon Alexandre, salarié bien placé dans la hiérarchie, "Michel est le seul à faire la caisse le soir". Autre piste, selon Julie : les journées de conservation. "On en fait plusieurs par an pour sauvegarder des espèces, elles rapportent entre 8.000 et 10.000€ par jour en pièces de 2€ et en billets. Je ne sais pas si tout a été reversé... "

Michel Louis, directeur et fondateur du zoo d'Amnéville - Maxppp
Michel Louis, directeur et fondateur du zoo d'Amnéville © Maxppp - Pascal Brocard

Daniel, qui était dans les bureaux du zoo, avoue "avoir fermé les yeux comme tout le monde". Il a la preuve que "depuis cinq ans, tous les chiffres annoncés sont faux". Le nombre de visiteurs, 500.000 ? "Le vrai chiffre est 380.000". Même constat pour la dette et les investissements, estime Daniel. 

Un entrepreneur messin devient tout rouge quand on lui parle de Michel Louis : "J’ai installé pour 15.000€ de matériel informatique dans le zoo. Quelques jours plus tard, le redressement judiciaire était prononcé, j’ai tout perdu".

Environnement : "des torrents de merde dans la forêt"

C’est un matin d’hiver dans les chemins boueux qui longent le zoo. Des promeneurs et des joggeurs profitent de la forêt d’Hagondange… et des odeurs des évacuations du zoo. A six endroits différents : des tuyaux, des tubes sortent du parc et déversent du liquide dans la forêt. Ce matin-là, la semaine dernière, l’eau sombre et pleine de mousse coule abondamment au pied de l’enclos des gorilles. Légal ou pas ? Difficile de le savoir, les services de l’Etat n’ont "rien à signaler". Pour la mairie d’Hagondange, "tout va bien, aucun problème de déversement d'eaux usées n'a été signalé. Si cela était vrai, ce serait un sérieux problème. C'est aux services de l'Etat de mener les contrôles".

Julie n’est pourtant pas de cet avis. "On pense qu’on est en état de non-conformité. Tout part dans la forêt d’Hagondange, mais on parie sur le fait que le maire ferme les yeux". La jeune femme avoue qu’il est "difficile de ne pas savoir. Certains jours, des joggeurs nous font remarquer qu’il y a des torrents de merde d’hippopotame qui partent en forêt"

Patrick donnait justement un coup de main pour le bassin des hippopotames : "Les soigneurs vidangent tous les vendredis matins, et parfois plus, pour que l’eau soit claire pour le public". L’eau de la vidange ? Dans la forêt…

Une des évacuations du zoo dans la forêt d'Hagondange - Radio France
Une des évacuations du zoo dans la forêt d'Hagondange © Radio France - Antoine Barège

Pascal va plus loin : "les eaux usées des tapirs, des tamanoirs, des jaguars, des perroquets, des manchots partent dans la nature, avec parfois des produits détergents comme du chlore ou de l’acide chlorhydrique". Simon, lui, "n’a jamais accepté de faire des choses limites ou illégales" mais il n’avait pas le choix avec la piscine des éléphants :  200 mètres cubes d’eaux usées et du sable, qui partent une fois par mois, de mai à septembre, au mieux, au tout à l’égout. 

Les évacuations du bassin des perroquets - Radio France
Les évacuations du bassin des perroquets © Radio France - Antoine Barège

Le bassin des otaries fuit depuis 1998

Le gros point noir, c’est le bassin des otaries, détaille Alexandre. "Il y a une fuite dans le système de filtration depuis 1998". Précisément dans le bassin de repos : "On n’a jamais fait les travaux. Si vous coupez l’arrivée d’eau, en une nuit le bassin est au ¾ vide. Cela représente 100.000 litres d’eau qui partent tous les jours, on ne sait pas où" estime Sandrine. Problème, pour l’ancienne employée : l’eau est traitée au chlore, et peu filtrée. "Je peux vous dire qu’en plus, les analyses bactériologiques sont horribles".

Après une nuit sans mettre de l'eau le bassin est presque vide - Aucun(e)
Après une nuit sans mettre de l'eau le bassin est presque vide
La couleur du bassin quand il n'est pas traité au chlore - Aucun(e)
La couleur du bassin quand il n'est pas traité au chlore

Alexandre est bien conscient du problème. « Un jour, on a fait une étude pour construire une station d’épuration en bas du zoo. Mais à 17 millions d’euros, on a vite laissé tomber... » La priorité, c’était de construire Tiger World. D’ailleurs, Pascal, intervenu lors des travaux, nous livre une anecdote : « sous Tiger World, nous avons enterré toutes sortes de choses, c’était une déchetterie. En creusant, vous retrouverez des plaques d’amiante ».

Et les contrôles ? Tous les salariés ou ex-salariés interrogés ne se souviennent pas d’avoir vu un contrôleur. Juste un géomètre, « il y a cinq ou six ans ». Au pire, "on avait un discours bien rôdé".

Le zoo d’Amnéville : cimetière de l’éléphant

Dans le parc, ne cherchez pas un salarié ou ex-salarié pour parler de maltraitance sur les 2.000 animaux (360 espèces). Le parc et les soigneurs ont très bonne réputation. Malgré les difficultés financières de ces dernières années, "il y a toujours eu à manger pour les animaux, toujours du chauffage". Peu de temps après l’annonce du redressement judiciaire, Simon raconte que "Michel Louis a payé 20.000€ pour installer un chauffage aux éléphants". Pendant ce temps-là, les salariés avaient les pieds dans l’eau. 

Aucune maltraitance donc, mais des pratiques pour le moins douteuses. "Quand je suis arrivée, on a enterré l’éléphante Catarina" avoue Julie, "c’est une pratique courante pour récupérer le crâne à des fins pédagogiques". Problème, plus grand monde ne sait où est enterrée Catarina dans le parc. "Moi j’ai découpé l’éléphant, j’ai aussi enterré des bestioles dans la forêt" nous dit Albert, un proche de Michel Louis. "Un lion, un puma, un boa... On n’avait pas les moyens de payer l’équarrissage, alors on acceptait, pour la boîte". Faux, "totalement faux" répond Michel Louis, "on a toutes les factures d’équarrissage, on peut le prouver ".

Catarina l'éléphant aurait été enterré derrière cette palissade - Radio France
Catarina l'éléphant aurait été enterré derrière cette palissade © Radio France - Antoine Barège

Watson, comme un symbole

Le zoo d’Amnéville a parfois annoncé des transferts d’animaux vers des parcs à l’étranger. "En fait, ils étaient morts à Amnéville", précise Alexandre, qui était alors aux affaires. "C’est le cas d’une girafe, enterrée sur place, ou un crocodile victime d’une erreur de température de l’eau".

On ne compte plus les décès un peu suspects. YaKwanza, par exemple : le gorille mort le 22 mai 2017 à l’âge de 32 ans. A l’époque, le zoo avait annoncé "une rupture d’anévrisme" sur sa page Facebook. Alexandre confie aujourd’hui qu’il est mort "d’une erreur d’anesthésie"

Watson, c’était la fierté des petits et des grands : une otarie mâle de Patagonie, de 300 kg, aux multiples talents : peintre et pronostiqueur. Watson avait pronostiqué des victoires de la France en 2014 à la coupe du monde de football. Une de ses œuvres peintes avec le nez avait été vendue aux enchères en juin 2018 au profit de la sauvegarde des océans. Watson est mort le 28 juin 2019, à l'âge de 19 ans. "Il ne s’est pas réveillé d’une anesthésie…". Sandrine est persuadée que Watson avait une tuberculose, mais pour Julie, il n’y a pas que cela. "Michel Louis voulait un bassin bleu pour les otaries. On chlorait beaucoup, tout le temps, et les animaux avaient des problèmes aux yeux"

La sortie de l’EAZA « a blessé » les salariés 

C’est une association méconnue du grand public : l’EAZA association des zoo et aquarium. Etre à l’EAZA, c’est un label d’excellence, Amnéville en a fait partie jusqu’en 2015, quand le zoo a été exclu à cause de la construction de Tiger World, contraire à éthique de l’association. "L’EAZA est en perte de vitesse, c’est un mal pour un bien" se justifie Michel Loui". N’empêche, «le public, les visiteurs s’en foutent, mais la plupart des salariés ont été blessés par l’exclusion" déplore Simon, le soigneur.  "Etre à l’EAZA, c’est comme être salarié d’un restaurant étoilé : c’est valorisant. Là, on a rien compris". 

Les conséquences sont énormes : le zoo d’Amnéville ne peut plus bénéficier des programmes d’élevage de l’EAZA destinés à la conservation des espèces animales sauvages. Plus de prêts d’espèces rares, le parc mosellan doit acheter ses animaux, comme ces deux éléphants achetés pour 300.000€ dans un cirque au Portugal.

Depuis la sortie de l’EAZA, les marchands russes débarquent en Moselle... et les soupçons avec. La ménagerie du jardin des plantes de Paris s’interroge par exemple sur la provenance d’un Binturong d’Indonésie. 

Un Binturong d'Indonésie - Maxppp
Un Binturong d'Indonésie © Maxppp - Jing Huihui

Ce chat-ours est agressif, il ne sort pas, il a peur des hommes. "Il a tous les symptômes d’un animal capturé dans la nature". Julie qui s’est occupée du Binturong, raconte qu’un jour, AB Conservation, association mondiale dédiée à l’étude du Bintarong, devait venir mais s’est ravisée, en se justifiant ainsi : "vu la provenance douteuse de votre femelle, nous ne viendrons pas". Lors d’une radio, des traces de plomb ont été retrouvées sur le Binturong, sans doute une preuve qu’il a été chassé. 

Contacté par France Bleu Lorraine, l’EAZA réfléchit à trouver une solution pour les animaux confiés à Amnéville. "Il faut du temps pour que le coordinateur d’une espèce trouve un autre lieu approprié". Pour l’EAZA "si les conditions de bien-être sont respectées, il n’y a pas d’urgence".  

Tiger World : « il est où votre nez rouge ? »

"C’est le plus bel équipement du zoo" annonce fièrement le directeur Michel Louis, grand amoureux des tigres. "Un caprice" pour de nombreux salariés. Ce spectacle de tigres, plus proche du cirque que du zoo, dans une arène de 1.900 places, a été décidé par Michel Louis lors d’un voyage au Kenya. "On n’avait jamais fait ça. Sur le papier, ça envoyait du lourd" dit, avec les étoiles du cirque dans les yeux, Simon, "mais on a tous compris qu’on se prenait les pieds dans le tapis". Tiger World ouvert en 2015 a provoqué l’exclusion de l’EAZA pour des questions d’éthique. 

Tiger World et le dresseur Rémi Flachaire - Maxppp
Tiger World et le dresseur Rémi Flachaire © Maxppp - PQR/L'Alsace

Pour Robert, "avec son Tiger World, il a tout foutu en l’air". Comme beaucoup de salariés, il pense que Tiger World a provoqué la quasi faillite du zoo. La direction annonce que l’équipement a coûté 14 millions d’euros ; or selon nos informations, il aurait été facturé 33 millions d’euros. Alexandre en est persuadé, "tout le monde s’est gavé, on a payé le double". Une entreprise qui aurait dû facturer 500.000 euros "nous demandait 1 milllion d’euros mais comme on n’y connaissait rien….".

Un équipement parfois moqué. Il n’y a pas si longtemps, Simon se retrouve avec des collègues d’autres zoos en réunion : "on nous qualifiait de cirque d’Amnéville". Simon était mal à l’aise quand ses collègues blaguaient : "Il est où, votre nez rouge ?"

Comment épurer la dette de 53 millions d’euros ?

A la mairie d’Amnéville, à la mairie d’Hagondange, au département de la Moselle, à la Région Grand Est, tout le monde à les yeux tournés vers le zoo d’Amnéville, et vers cette audience de la chambre commerciale du tribunal de Metz, le 18 décembre prochain. Tout le monde est un peu mal à l’aise aussi : le zoo, c’est une vitrine pour les collectivités. Michel Louis est-il toujours l’homme de la situation ? Les deux repreneurs potentiels ont deux visions différentes. 

  • Prudentia Capital

Le fonds d’investissement parisien est prêt à reprendre le zoo. Il est conseillé par Henri Masse, un ancien préfet, bien implanté dans le Grand-Est, et qui a installé Toyota à Valenciennes lorsqu’il était sous-préfet. Henri Masse est le beau-frère de l’ancienne députée européenne Nathalie Griesbeck. 

Prudentia voudrait prendre 82% du capital du zoo et laisser Michel Louis en place avec 12% des parts. Le fonds d’investissement proposerait, selon nos informations, 10 millions d’euros, et demande un effacement de la dette de la part des banques et des créanciers de 40 millions d’euros. Prudentia prévoit d’injecter 10 millions d’euros pour régler, entre autres, les dossiers aux prud’hommes. Reste à savoir combien de temps Prudentia veut rester à Amnéville : le fonds parle de "plan de transformation de 18 mois et approche de long terme"

  • Plan de quatre investisseurs locaux

Ils sont implantés en Moselle, connaisseurs du territoire et soutenus. Les « locaux » ont un projet clair : sans Michel Louis. "Pas de licenciement, fermeture immédiate de Tiger World, agrandissement des enclos et répondre à l’attente du public en rapprochant les animaux des visiteurs". Ils souhaitent investir 30 millions d’euros en cinq ans, réintégrer l’EAZA et construire un hôtel dans le zoo pour dormir au milieu des animaux. 

Michel Louis : « tout est bidon »

Michel Louis n’a pas souhaité s’exprimer sur France Bleu Lorraine à propos des accusations des salariés et ex-salariés. Installé dans son bureau hors d’âge dans son parc, il affirme que "tout est bidon", évoque un complot "pour lui prendre le zoo". Tout est légal, rien n’est caché selon lui. Il évoque deux contrôles fiscaux, dont un il y a quelques mois, qui n’ont rien donné. 

Michel Louis promet une réponse judiciaire "à tous ceux qui me salissent, qui salissent le zoo, qui me calomnient, qui me diffament. Après le 18 décembre, mon avocat va bien s’occuper de tout le monde".

*les prénoms des salariés et anciens salariés ont été modifiés.

Retrouvez toute notre enquête sur des pratiques douteuses au zoo d'Amnéville :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu