Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fillette intoxiquée au détergent à Pornic : le restaurateur jugé ce mardi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

En août 2019, dans un restaurant réputé de Pornic, une fillette de 22 mois avait avalé du détergent en pensant boire du jus de raisin. Son oesophage a été brûlé et les séquelles sont lourdes. Le propriétaire de la Fontaine aux Bretons est jugé ce mardi par le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire.

Le restaurateur encourt jusqu'à trois ans de prison
Le restaurateur encourt jusqu'à trois ans de prison © Radio France - Anne Patinec

En août 2019, leurs vacances ont viré au drame. Dans un restaurant réputé de Pornic où sa famille aimait se rendre, Elisabeth, une fillette de 22 mois a avalé du détergent en pensant boire du jus de raisin. Du détergent pour le lave-vaisselle avait été transféré dans une bouteille de jus de fruits. L'enfant, qui a eu l'œsophage brûlé, souffre toujours de séquelles importantes. Le propriétaire de l'établissement, la Fontaine aux Bretons, Alexandre Gérard, est jugé ce mardi 26 janvier par le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire. Il comparait pour "blessures involontaires avec incapacité supérieure à trois mois par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence". La peine encourue s'élève à trois ans d'emprisonnement. 

Des séquelles importantes

Le père de la fillette, Arnaud Kob ne souhaite pas s'exprimer avant l'audience mais il confirme qu'un an et demi après le drame, sa fille a "toujours besoin d'être supplémentée par gastrostomie" c'est à dire qu'elle nécessite toujours une sonde pour s'alimenter. Depuis l'accident, la famille originaire de région parisienne, qui passait des vacances à Pornic, vit un enfer. Son œsophage ayant été grièvement brûlé par le détergent, la fillette a été hospitalisée une vingtaine de fois en un an avec à la clef plusieurs opérations et anesthésies générales. 

Dès qu'elle voit une valise, l'enfant demande si c'est pour partir à l'hôpital. La nuit, ses parents se relaient pour dormir à ses côtés car il faut parfois remettre en place le tuyau qui la relie à la pompe. Accaparés par les besoins de leur fille, ils n'ont plus de vie sociale. La maman a arrêté de travailler. 

L'équipe du restaurant y pense tous les jours

Le bidon du détergent destiné au lave-vaisselle étant lourd et encombrant, l'équipe de la Fontaine aux Bretons avait l'habitude de mettre le produit dans des bouteilles de jus de fruits; normalement ils enlevaient l'étiquette et mettaient une croix rouge. Mais ce jour-là, un employé a commencé à remplir la bouteille en verre, l'a laissée sur le comptoir sans avoir terminé. Un de ses collègues pensant qu'il l'a oubliée, l'a remise dans le frigo, sans savoir qu'elle contenait de la soude caustique. C'est cette bouteille qui a été servie à Elisabeth et l'a grièvement brûlée à l'œsophage. 

Le propriétaire du restaurant, Alexandre Gérard, qui avait racheté l'établissement peu de temps avant le drame dit que depuis "il ne se passe pas un jour sans que son équipe et lui-même ne pensent à la fillette et à sa famille". Des mesures ont été prises après un audit. Les personnes fautives ont été licenciées. Le chargement du détergent dans le lave-vaisselle ne se fait plus de façon manuelle. Le patron du restaurant a pris contact avec son fournisseur pour que le détergent en cause ait une couleur et une texture qui ne puisse se confondre avec le jus de fruits maison. Alexandre Gérard a témoigné auprès du syndicat professionnel GNI pour éviter que cela se reproduise dans un autre établissement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess