Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fillette intoxiquée au détergent à Pornic : le restaurateur jugé ce mardi

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire doit juger ce mardi 22 juin le propriétaire du restaurant de Pornic où une fillette de 22 mois a eu l'oesophage brûlé en avalant de la soude caustique au lieu d'un jus de fruits en août 2019. En janvier dernier, le procès avait été renvoyé.

Les parents d'Elisabeth devant le tribunal de Saint-Nazaire lors de l'audience du 26 janvier dernier
Les parents d'Elisabeth devant le tribunal de Saint-Nazaire lors de l'audience du 26 janvier dernier © Radio France - Anne Patinec

En août 2019, leurs vacances ont viré au drame. Dans un restaurant réputé de Pornic où sa famille aimait se rendre, Elisabeth, une fillette de 22 mois a avalé de la soude caustique en pensant boire un jus de raisin. Du détergent pour le lave-vaisselle avait été transféré dans une bouteille de jus de fruits. L'enfant, qui a eu l'œsophage brûlé, souffre toujours de séquelles importantes. Le propriétaire de l'établissement, La Fontaine aux Bretons, Alexandre Gérard, est jugé ce mardi 22 juin par le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire. 

Il comparait pour "blessures involontaires avec incapacité supérieure à trois mois par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence et mise en danger d'autrui ". La peine encourue s'élève à trois ans d'emprisonnement. Le restaurant est également poursuivi en tant que personne morale. 

La défense plaide la relaxe

Lors de l'audience du 26 janvier dernier, la procureure Mathilde Defretin a demandé un renvoi du dossier car elle a reçu les 60 pages de conclusions de la défense qui plaide une relaxe seulement la veille. Un supplément d'information a été réalisé. Les salariés impliqués dans la manipulation du produit -le détergent destiné au lave-vaisselle qui a été mis dans la bouteille de jus de raisin- ont été entendus. Mais aucun n'est poursuivi devant la justice, contrairement à ce que souhaitait l'avocat de la défense. 

L'enfer pour la famille depuis le 1er août 2019

Depuis le 1er août 2019, les parents d'Elisabeth, Olga et Arnaud Kob, qui résident en région parisienne, disent "vivre un enfer". L'été dernier, la fillette a été opérée une énième fois ; son œsophage a été remplacé par un morceau de colon. Elle doit toujours être, par moments, alimentée par sonde. Elle est reconnue comme handicapée, est suivie par une orthophoniste, un psychologue. La fillette ne va à l'école que le matin car elle ne peut toujours pas manger à la cantine, ce qui la rend triste, selon Olga, sa maman. 

On attend toujours qu'un responsable soit identifié, que la chaîne de responsabilités soit clairement identifiée, qu'une peine en adéquation avec cette chaîne de responsabilités et des conséquences qui sont désastreuses pour Elisabeth, pour nous et pour sa sœur, soit prononcée. - Arnaud Kob, le père d'Elisabeth, à l'issue de la première audience en janvier

Choix de la station

À venir dansDanssecondess