Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Blanchiment de fraude fiscale et corruption : fin du procès Balkany, le jugement sera rendu le 18 octobre

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Le procès Balkany s'est achevé ce mercredi à Paris, avec les plaidoiries de la défense. Le jugement sera rendu le 18 octobre. Le parquet a notamment requis sept ans de prison ferme contre le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Patrick Balkany et son avocat, Me Eric Dupond-Moretti.
Patrick Balkany et son avocat, Me Eric Dupond-Moretti. © AFP - Eric Feferberg

Le tribunal correctionnel de Paris rendra le 18 octobre son jugement dans le second volet du procès des époux Balkany, qui porte sur des délits de blanchiment de fraude fiscale et de corruption entre 2007 et 2014. Ce second volet s'est achevé ce mercredi avec les plaidoiries de la défense.

"Du haut de vos petits lutrins transparents, messieurs les procureurs, transparents comme la société que vous appelez certainement de vos vœux, vous êtes les chefs d'orchestre de la morale publique", a déclaré leur avocat, Me Eric Dupond-Moretti. "Comment peut-on demander une sanction aussi lourde dans un dossier aussi vide ?", s'est interrogé Me Antoine Vey, un autre de leurs avocats.

Sept ans de prison requis contre Patrick Balkany

Le parquet national financier (PNF) a requis une peine à la hauteur de "l'atteinte à la démocratie" qu'il reproche au maire LR de Levallois-Perret : sept ans de prison ferme, son incarcération immédiate, dix ans d'inéligibilité et la confiscation de tous ses biens. Il a par ailleurs requis quatre ans avec sursis et 500.000 euros d'amende contre Isabelle Balkany, qui a "reconnu une faute" en admettant avoir acquis grâce à un héritage familial la villa antillaise en 1997, via une société constituée au Liechtenstein par une fiduciaire suisse.

Patrick Balkany et son épouse Isabelle sont accusés d'avoir caché 13 millions d'euros d'avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux somptueuses villas, Pamplemousse aux Antilles et Dar Guycy à Marrakech.

Cette décision tombera donc un mois après le jugement dans le premier volet, portant sur le seul délit de fraude fiscale, mis en délibéré au 13 septembre. Contre Patrick Balkany, le parquet national financier a requis successivement quatre ans de prison pour fraude fiscale, puis sept ans pour blanchiment et corruption. Il appartiendra au tribunal de prononcer ou pas une confusion des peines, s'il condamne dans ces deux dossiers le maire de la commune de l'ouest parisien.