Infos

Normandie : un troublant mécène du football amateur

Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) vendredi 23 septembre 2016 à 0:52

Les U19 de Rome, victorieux d'une Peronne Cup qui s'arrêtera sans doute à une seule édition !
Les U19 de Rome, victorieux d'une Peronne Cup qui s'arrêtera sans doute à une seule édition !

Une entreprise d'Hérouville-Saint-Clair aurait (involontairement !) financé un club de football amateur et un gros tournoi international cet été dans le Calvados. Le groupe Défi Viande a saisi la justice pour lancer une enquête sur l'un de ses salariés, mécène très connu dans le football amateur.

En août dernier, Sébastien Lemarié, vice-président de l’US Thaon passait pour un organisateur génial, avec l’organisation de la Peronne Cup. Un tournoi de football U19 inédit en France, avec la participation de seize équipes françaises et étrangères rassemblées en Normandie. Ce tournoi permettait de voir dans quatre stades du Calvados des joueurs «amenés à disputer la Ligue des Champions dans les cinq ans » selon celui qui avait imaginé et surtout monté ce rendez-vous unique en France. Le financement de l’organisation est aujourd’hui au cœur d’une enquête judiciaire.

La luxueuse Peronne Cup

C'était le 4 mars dernier, soir de match au Stade d'Ornano. Moins d’une heure avant l’affiche Caen-Monaco (Ligue 1), le Stade Malherbe met un salon à la disposition de Sébastien Lemarié, vice-président du club de Thaon. Il annonce la tenue d’un tournoi international U19, baptisé Peronne Cup, en août 2016. Quatre stades retenus (Bayeux, Vire, Thaon et Verson) pour accueillir seize équipes françaises et étrangères. Des clubs professionnels qui vont envoyer leurs joueurs de moins de 19 ans. Budget prévisionnel : 800 000 euros. «Financés» dit-il «par de gros sponsors». Sébastien Lemarié est heureux d’annoncer un tournoi «inédit en France. Organisé grâce au dynamisme du football amateur».

Matuidi soutient l'événement

Quelques semaines plus tard, il révèlera aussi le nom du parrain : Blaise Matuidi, le joueur professionnel du PSG, qui dans une vidéo sur Facebook se dira heureux de s’associer à cet événement qu’il aurait aimé disputer lorsqu’il était jeune joueur.

Ce tournoi est devenu réalité le 12 août dernier avec les premiers matchs dans les stades concernés. Une réussite selon Thierry Malaspina, entraîneur de Nice, conquis par la qualité de l’organisation «sincèrement c’est exceptionnel. Un vrai tournoi de classe internationale. Un coup de chapeau à celui qui l’a organisé !» confie le coach azuréen. Il est vrai que les clubs hôtes se sont mis au diapason avec la mobilisation de nombreux bénévoles. Et les normes UEFA en matière de sécurité ont été parfaitement respectées. Dans chaque stade une dizaine de vigiles, costumes noirs et oreillettes, montent la garde et filtrent les entrées. Et les invités sont soignés : à Verson par exemple, une luxueuse voiture attend sur le parking, prête à transporter des VIP d'un stade à l'autre.

D’où vient l’argent ?

Mais quatre jours (18 août) après le tournoi Sébastien Lemarié est hospitalisé après une tentative de suicide. Puis il abandonne quelques jours plus tard sa fonction de dirigeants. Les événements s'accélèrent : son employeur, l’entreprise Défi Viande, constate des opérations douteuses et porte plainte contre le contrôleur de gestion. Elle aurait détecté des malversations financières suffisamment graves pour le viser nominativement.  Sébastien Lemarié, lui, est toujours hospitalisé et il ne se rendra pas à une convocation de Défi Viande.

Le Stade de Thaon, grande tribune pour la Peronne Cup - Aucun(e)
Le Stade de Thaon, grande tribune pour la Peronne Cup - Didier Charpin

Un mécène très généreux

Le groupe agroalimentaire poursuit donc un employé qui n'a pas un train de vie personnel disproportionné par rapport à son statut social. Par contre c'est un très généreux donateur pour le club de Thaon, à l'Ouest de Caen, où il est arrivé il y a cinq ans comme joueur vétéran. A l'époque il s'y était présenté comme un chef d'entreprise prêt à donner quelques coups de pouce financiers. D'abord en payant un jeu de maillot neuf. Puis d'autres équipements. Des cadeaux de plus en plus important, jusqu'à un voyage en jet privé pour permettre à l'équipe des moins de 13 ans d'aller jouer un match au Maroc. «48 heures avant le départ ils devaient prendre un avion de ligne» précise Claude Peronne, le président du club. «Puis il nous a dit que grâce à Pascal Théault, le Roi du Maroc nous offrait le voyage en avion privé». Un déplacement certes inoubliable pour les enfants, mais financé de façon bien obscure… comme les multiples cadeaux du très (trop?) généreux mécène depuis son arrivée au club. « C’est vrai que depuis qu’il est entré au bureau, en charge du sponsoring, nous avons reçu beaucoup de survêtements, de maillots ou divers équipements» s’interroge aujourd’hui Claude Peronne, président du club de Thaon

D’autres actions judiciaires à suivre ?

C’est manifestement cette Peronne Cup, en août, qui a fait sombrer Sébastien Lemarié. Avec une organisation cette fois très lourde à assumer (budget de 800 000 euros). Un mois après, les - rares - spectateurs gardent le souvenir de tribunes vides. La billeterie n'aura pas permis de faire rentrer de l'argent. Mais des prestataires réclament leur dû. Parfois en vain, comme Roger Carnet, hôtelier à Vire, qui avait accepté de réserver intégralement son établissement pendant quatre jours pour accueillir une équipe «J’ai une facture de 16 000 euros, comprenant l’hébergement et la restauration de 30 personnes. Personne n’a payé !» D’autres prestataires sont dans le même cas. 20 000 euros en souffrance chez un traiteur, 10 000 dans un restaurent. Liste non exhaustive ! Ces créanciers s’apprêtent à engager des actions judiciaires.

Colère ou compassion ?

A Thaon, Claude Peronne ne décolère pas contre son ancien vice-président. « Il m’a menti, il m’a trahi. Il avait donné mon nom au tournoi et j’étais tellement fier ! Mais si j’avais su ! Ca fait 50 ans que je suis au club, mon nom est sali. Comme celui de l’US Thaon et de la ville ! ». Claude Peronne estime qu'il a été abusé par un homme qui a progressivement su gagner sa confiance. Il nous détaille l'arrivée de Sébastien Lemarié et ses cadeaux successifs dans une interview pour France Bleu

Interview Claude Peronne

Mais d’autres personnes qui connaissent bien Sébastien Lemarié ne veulent pas s’acharner. Tout en admettant ses torts, elles se refusent à accabler un homme « qui a perdu les pédales pour exister dans le football. Mais il n’en tire aucun bénéfice matériel personnel». Des propos sous couvert d’anonymat parce que l’affaire fait grand bruit dans le football amateur. Et engendre un évident malaise, couplé à un gros préjudice d’image !

Partager sur :