Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Firminy : le PCF réclame la démission du maire communiste Marc Petit, condamné pour agression sexuelle

Sur France Bleu, la sénatrice de la Loire et porte parole du Parti Communiste, Cécile Cukierman appelle le maire de Firminy à quitter tous ses mandats. Il a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur une employée du conseil départemental du Puy-de-Dôme.

Marc Petit, le maire de Firminy sortant des locaux de la police judiciaire de Saint-Étienne.
Marc Petit, le maire de Firminy sortant des locaux de la police judiciaire de Saint-Étienne. © Radio France - Angy Louatah

Firminy, France

Une réunion avait lieu jeudi soir en mairie pour évoquer l'avenir politique de Marc Petit, condamné ce jeudi pour agression sexuelle. Le maire avait réuni sa majorité afin d'évaluer les différentes issues à ce procès. Pour le Parti Communiste les choses sont claires : il demande qu'il quitte tous ses mandats à savoir celui de maire de Firminy, vice-président de Saint-Étienne Métropole en charge des Transports, conseiller départemental.

"On ne peut pas jouer avec la démocratie"

Cécile Cukierman : "Quand on est condamné on se doit par respect pour la fonction, pour la democratie de démissionner, de remettre ses mandats. Parce que la population ne comprendrait pas qu'un personne condamnée continue d’exercer ses différents mandats. (...) Les faits sont graves, ils sont posés. On ne peut pas jouer avec la démocratie. Quand la justice est passée et à condamné."

La  gauche du département embraye

Les élus du groupe Loire Solidaire au département de la Loire réagissent aussi ce vendredi matin à la condamnation du maire. Ils demandent à Marc Petit de se retirer administrativement du groupe Loire Solidaire au sein de l'assemblée départementale auquel il est rattaché. "Il s'agit de préserver la vie collective et le sérénité du travail politique du groupe [...] tout en permettant à l'intéressé de préparer au mieux sa défense dans le cadre d'une éventuelle procédure d'appel" écrit dans un communiqué le président du groupe Loire Solidaire Pierrick Courbon.