Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fleury-les-Aubrais : Wilson peut compter sur ses camarades de classe pour ne pas être expulsé

lundi 20 novembre 2017 à 18:09 Par Eric Normand, France Bleu Orléans

A Fleury-les-Aubrais, toute une classe de terminale du lycée Jean Lurçat se mobilise pour soutenir Wilson. C'est un jeune angolais âgé de 19 ans, scolarisé en électrotechnique. Le préfet vient de l'assigner en résidence en vue de son expulsion. Wilson a fait appel de cette décision.

Les camarades de Wilson sont venus le soutenir au tribunal administratif d'Orléans
Les camarades de Wilson sont venus le soutenir au tribunal administratif d'Orléans © Radio France - Eric Normand

Orléans, France

Un jeune du lycée Jean Lurçat de Fleury-les-Aubrais vient d'être mis en assignation à résidence en vue de son expulsion hors de France. Il est arrivé d'Angola, il y a 5 ans et il s'était installé du côté de Gien. Wilson a 19 ans, il est en formation pour obtenir son baccalauréat. Il est en terminale électrotechnique. Le jeune garçon a fait appel de la décision du préfet. L'audience s'est tenue ce lundi après-midi au tribunal administratif d'Orléans.

Le soutien de sa classe et de ses professeurs

Toute la classe de terminale du lycée Jean Lurçat s'est mobilisée pour soutenir Wilson. Il y avait une trentaine de personnes dans la salle d'audience du tribunal. Les élèves et ses professeurs souhaitent que lui soit donné un titre de séjour pour qu'il puisse continuer sa scolarité en "toute tranquilité."

Il a tout autant sa place dans la classe que chacun d'entre-nous, un camarade de Wilson

En attendant le début de l'audience, les élèves ont brandi des petites pancartes jaunes sur lesquelles on pouvait lire "Jeunesse sans-papier, jeunesse volée", ou encore "ils vivent ici, ils étudient ici, ils restent ici." Les élèves ont appris l'assignation à résidence de leur camarade le matin en arrivant en cours, en concertation avec leurs professeurs, ils ont décidé d'assister à l'audience l'après-midi même : "il travaille bien, c'est un bon lycéen et un français. Il a tout autant sa place dans la classe que chacun d'entre-nous." Et même tonalité dans les propos de cet autre lycéen: 'Il n'a aucune raison de partir à l'étranger, il est intégré, on se sent bien avec lui."

Wilson ne s'attendait pas à voir ses camarades de classe à l'audience

Wilson est âgé de 19 ans. Il se sent bien au lycée Jean Lurçat mais parfois il l'avoue "ma tête est ailleurs, j'ai peur qu'un policier vienne me chercher." Interrogé par le tribunal, il dit "ne pas savoir où aller s'il doit retourner en Angola." Selon son avocate, son père vit en France, tout comme cinq de ses frères et soeurs.

Si je suis parti d'Angola, c'était une question de vie ou de mort et j'ai choisi la vie - Wilson

Aujourd'hui, le jeune homme sait qu'il veut rester en France, "j'ai le virus de la France. Il veut après le baccalauréat "faire un BTS en mécanique spécialisée, apprendre à travailler sur de grosses machines et ensuite rentrer à l'armée." L'armée française bien sûr car "j'ai beaucoup à apporter à la France et on est nombreux dans ce cas."

Il est injuste d'expulser un élève qui va passer le baccalauréat - Christophe Vaillant, professeur de lettres et d'histoire

Dans sa classe, personne ne doute de Wilson, ses professeurs non plus comme Christophe Vaillant, professeur de lettres et d'histoire: "C'est un élève qui travaille, qui est soucieux de sa scolarité et il est injuste de procéder à l'expulsion d'un élève qui va passer le bac dans quelques mois. Mes élèves ne sont pas très au fait de l'actualité ou très politisés, mais la situation leur fait prendre conscience que ce qu'on pouvait voir à la télévision, était une vraie réalité."

Wilson attend maintenant la décision du juge dans quelques jours. En attendant, il doit pointer au commissariat du Faubourg Saint Jean d'Orléans deux fois par semaine alors qu'il est normalement en cours au même moment.