Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

FLNC Valincu : des clandestins jugés à Paris

lundi 11 juin 2018 à 11:00 Par Hélène Battini et Marion Galland, France Bleu RCFM

Neuf personnes sont appelées à comparaître dès ce lundi et durant deux semaines devant la cour d'assises spéciale de Paris pour une série d'attentats commis en 2012 contre des résidences secondaires dans le Valincu.

Neuf personnes sont appelées à comparaitre dès ce lundi et durant deux semaines devant la cour d'assises spéciale de Paris.
Neuf personnes sont appelées à comparaitre dès ce lundi et durant deux semaines devant la cour d'assises spéciale de Paris. - DR /

Corse, France

Si tous les accusés comparaissent libres, ils ont tous effectué plusieurs mois de détention provisoire. Parmi eux, Pierre Paoli, membre de l'exécutif de Corsica Libera, incarcéré durant 21 mois. Il n'est pas mis en cause directement dans ces attentats, mais les enquêteurs le considèrent comme l'ancien chef du FLNC pour la Corse-du-Sud à l'époque des faits. L'homme de 65 ans nie les faits qui lui sont reprochés. 

Un procès politique

Au-delà du factuel ce procès aura une dimension politique inédite, puisque depuis 2012 la situation insulaire a beaucoup évolué. Ce sera sans doute l'un des grands axes de défense de ce procès. Au-delà du fond et des faits, niés par les accusés, la cour risque de prendre des airs d'arène politique. Depuis ces attentats de 2012 deux événements majeurs se sont produits dans le milieu nationaliste insulaire. En 2014 tout d'abord, avec la démilitarisation du FLNC puis en 2015 avec l'arrivée de Gilles Simeoni à la tête de la région.

Maître Emmanuel Mercinier-Pantalacci, avocat de Pierre Paoli - Radio France
Maître Emmanuel Mercinier-Pantalacci, avocat de Pierre Paoli © Radio France - Marion Galland

Maître Emmanuel Mercinier-Pantalacci, avocat de Pierre Paoli

Maître Emmanuel Mercinier-Pantalacci, avocat de Pierre Paoli : « _Les charges qui pèsent sur Pierre Paoli reposent uniquement sur des sonorisations_, il n’y a aucun enregistrement au dossier mais des retranscriptions. On n’a pas les bandes audio, je les ai demandées, je n’ai jamais eu accès à la moindre écoute…Je suis très impatient, depuis février 2015 j’attends un procès public, chacun va pouvoir prendre la mesure de l’inanité des charges…Je ne sais pas si Pierre Paoli est un symbole, il est d’intérêt que les juges soient éclairés, que la cour d’assises spécialement composée connaisse le mieux possible la réalité de la situation politique en Corse… »

Des témoins de poids

Maître Emmanuel Mercinier-Pantalacci, avocat de Pierre Paoli : « J’ai fait délivrer des citations de témoins au président du conseil Exécutif et de l’assemblée de Corse, pour que Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, viennent expliquer, incarner la situation caractérisée par la fin de la violence et le processus démocratique.. »

Pierre Paoli, membre de l'exécutif de Corsica Libera, a été incarcéré durant 21 mois.  - Maxppp
Pierre Paoli, membre de l'exécutif de Corsica Libera, a été incarcéré durant 21 mois. © Maxppp - maxppp

Une lettre de Jean-Charles Orsucci devrait également être lue durant l'audience. Pierre Paoli n'a pas souhaité s'exprimer avant le procès, il nous a juste confié qu'il espérait ne pas être jugé sur son militantisme passé.