Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Charente-Maritime : un homme tué par une arme artisanale anti-taupe à Floirac

mercredi 29 novembre 2017 à 18:46 - Mis à jour le mercredi 29 novembre 2017 à 21:25 Par Marie-Laurence Dalle, France Bleu La Rochelle et France Bleu

Selon l'autopsie, l'homme de 56 ans retrouvé mort lundi une tige métallique dans le thorax a été tué par une arme artisanale anti-taupe. Le procureur de Saintes n'écarte aucune hypothèse mais ne privilégie pas la piste criminelle. L'homme devait participer à un tirage au sort des jurés d'assises.

La victime a été retrouvée à son domicile à Floirac, dans le sud de la Charente-Maritime
La victime a été retrouvée à son domicile à Floirac, dans le sud de la Charente-Maritime - Google

Mortagne-sur-Gironde, France

Une arme artisanale anti-taupe serait à l'origine du décès d'un artisan maçon de 56 ans retrouvé mort lundi à son domicile à Floirac, dans le sud de la Charente-Maritime, une tige métallique dans le thorax. "le rapport provisoire d'autopsie penche pour un décès qui serait consécutif à l'utilisation d'un outil artisanal, une arme artisanale anti-taupe" indique Nicolas Septe, le procureur de Saintes. La machine a été retrouvée dans le garage où l'homme a trouvé la mort, il était allongé sur le sol. Les constatations sur place n'ont pas révélé d'effraction, ni la présence d'une autre personne au domicile de l'homme qui vivait seul avec son fils.

La justice n'écarte aucune hypothèse, mais ne privilégie pas la piste criminelle

"La machine était alimentée par une cartouche de fusil qui servait de dispositif de mise à feu", ajoute Nicolas Septe, le procureur de Saintes. Un expert doit maintenant analyser son fonctionnement pour comprendre comment la tige métallique (sans doute propulsée par la machine) a pu tuer l'artisan maçon. Le décès pourrait être accidentel mais le procureur de Saintes n'écarte aucune hypothèse. "Je n'écarte pas la piste criminelle mais ce n'est pas la piste privilégiée" dit Nicolas Septe, qui évoque aussi le suicide comme hypothèse de travail. Des investigations supplémentaires vont avoir lieu dans les jours qui viennent mais la justice va devoir trouver un expert capable d'analyser la machine artisanale.

Le procureur Nicolas Septe n'écarte aucune hypothèse mais ne privilégie pas la piste criminelle

La victime devait participer lundi au tirage au sort des jurés d'assises au tribunal de Saintes

La victime a été retrouvée par les gendarmes à son domicile : l'homme devait participer au tirage au sort des jurés d'assises du tribunal de Saintes lundi mais avait prévenu qu'il aurait du retard. Il n'est jamais arrivé à Saintes et le procureur avait diligenté une enquête pour disparition inquiétante.