Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Floirac : un maçon retrouvé mort, une tige de métal dans le thorax

mercredi 29 novembre 2017 à 12:28 Par Marie-Laurence Dalle, France Bleu La Rochelle et France Bleu

Un homme de 56 ans, artisan maçon a été retrouvé mort, mardi dans son garage à Floirac dans le sud de la Charente-Maritime. Il avait une tige de métal plantée dans le thorax. Accident ou homicide ? Aucune hypothèse n'est écartée par le parquet de Saintes.

La police technique a saisi du matériel de bricolage dans le garage de la victime
La police technique a saisi du matériel de bricolage dans le garage de la victime © Maxppp - Thierry Bordas

Mortagne-sur-Gironde, France

Ce sont les gendarmes qui ont retrouvé le corps mardi : l'homme gisait, allongé dans son garage, une tige de métal plantée à hauteur du sternum dans le thorax, selon Nicolas Stepe le procureur de Saintes. La police technique et scientifique est venue faire les constatations d'usage, elle a saisi du matériel de bricolage. L'autopsie qui doit être pratiquée aujourd'hui permettra sans doute d'en savoir plus sur les raisons de la mort : savoir si la tige était tranchante ou pas, si elle a transpercé le corps ou pas.

La victime était attendue au tribunal de Saintes en tant que juré d'assises

Les gendarmes qui ont retrouvé le corps enquêtaient dans le cadre d'une disparition inquiétante. La victime devait participer lundi à la cession d'assises du tribunal de Saintes, comme juré. L'homme a appelé la greffière pour prévenir qu'il aurait du retard : il devait changer une roue. Mais il n'est jamais arrivé au tribunal.

"On ne peut pas exclure un accident alors qu'il changeait la roue", affirme Nicolas Stepte le procureur de Saintes mais aucune piste n'est écartée : ni la piste criminelle, ni la piste accidentelle. La brigade de gendarmerie de Jonzac, et la communauté de brigade de Mirambeau sont chargées de l'enquête.