Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Meurtre d'Agnès Marin

FOCUS - Le collège-lycée Cévenol en six dates

Manuel

Le procès en appel du meurtrier d'Agnès Marin débute ce lundi. Elle avait été tuée par un autre collégien en novembre 2011, près du collège Cévenol du Chambon-sur-Lignon (43). Ce drame a accéléré la fermeture de l'établissement. Retour sur l'histoire d'un lieu d'éducation hors norme.

Le collège-lycée international Cévenol du Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire
Le collège-lycée international Cévenol du Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire © Radio France

► 1938 - Fondation du collège-lycée Cévenol par un pasteur protestant

La première rentrée a lieu en septembre 1938 avec quatre professeurs et dix-huit élèves dans une salle annexe du temple de Chambon-sur-Lignon (les bâtiments définitifs seront construits de 1946 à 1959). Le collège s'appuie sur quelques fondamentaux et une forme d'utopie. L'idée est à la fois de lutter contre le dépérissement du Chambon, mais aussi d'expérimenter de nouvelles voies pédagogiques. Par exemple, cet établissement, mixte, n'a ni portes, ni murs, ni grilles. Les élèves sont invités à se responsabiliser eux-mêmes, à s'autodiscipliner, grâce au dialogue constant avec les professeurs et le personnel.

► 1960 - L'âge d'or

Le collège-lycée accueille un nombre record de 600 élèves. Leur nombre ne cessera de décroître au long des années, pour atteindre 450 inscrits en 1990, 350 en 1995 et 87 l'année de la fermeture, en 2014. Dans les années 60, se croisaient dans l'établissement à la fois "la riche héritière d’un aristocrate de Cambridge au fils du pasteur du Mazet-Saint-Voy, du cadet de l’ambassadeur du Bénin au benjamin récalcitrant d’une famille lyonnaise ordinaire, (...) sans compter les multiples fils et filles d’artistes à succès dont les parents n’avaient que peu de temps à leur consacrer. Chacun d’entre eux y trouvait un monde à lui, presque un monde en soi, et pour certains, une famille " peut-on lire sur le site de l'Association des Anciens du collège Cévenol.

"Humanisme et tolérance", la devise du collège

►1971 - Sous contrat avec l'État

La situation financière de l’établissement l'oblige à passer sous contrat d’association avec l’État. Mais les tensions entre les administrateurs et la gouvernance associative conduisent le collège à la catastrophe. En 1997, le Cévenol est en cessation de paiement. Même s'il réussit à se rétablir, le collège ne pourra plus jamais enrayer l’hémorragie des effectifs. Pour preuve, l'augmentation considérable des frais de scolarité, jusqu'à 12.000 euros l’année pour un interne en 2011. De plus, malgré le petit nombre d’élèves par classe, le taux de réussite au baccalauréat est extrêmement faible, et les problèmes de drogue et d'alcool s'y seraient multipliés. En 2011, lors de la mort d'Agnès, de nombreux parents pointeront le "laxisme de l'établissement ".

Le collège Cévenol du Chambon-sur-Lignon a définitivement fermé ses portes en juillet 2014
Le collège Cévenol du Chambon-sur-Lignon a définitivement fermé ses portes en juillet 2014 © Radio France

Le collège Cévenol a définitivement fermé en juillet 2014 Mathilde Montagnon © Radio France

2011 - L'assassinat d'Agnès Marin

En novembre 2011, le corps d’Agnès Marin est retrouvé dans une forêt proche du collège Cévenol. L’élève, interne et âgée de 13 ans, a été violée et sa dépouille brûlée par son meurtrier, un lycéen de 17 ans, Matthieu. Le jeune homme est un récidiviste. Il est accusé d'avoir violé une jeune fille de 15 ans, dans un bois, le 1er août 2010 à Nages-et-Solorgues (Gard). Après quatre mois en détention provisoire, il est ressorti libre, mais sous contrôle judiciaire. Avec pour obligations, l'éloignement de son département d'origine, le Gard, et la scolarisation en internat. C'est ainsi qu'il est arrivé au collège-lycée Cévenol, un établissement mixte.

2013 - Le procès

  • 18 juin. Le procès révèle les défaillances hallucinantes du suivi judiciaire de Matthieu. Le collège Cévenol n’est pas sur le banc des accuses, mais il est tout de même pointé du doigt. Les responsables de l'établissement affirment qu’ils l’ignoraient en grande partie le passé violent de Matthieu. Ni la justice, ni la police, ni les parents de l’adolescent ne les en avaient informés. L'équipe du collège-lycée savait seulement que Matthieu avait été en prison et qu'il était suivi, mais il n'était pas le seul dans ce cas. L'établissement ayant en effet pour politique de donner une nouvelle chance à ses élèves, y compris quand leurs propres parents évoquent des faits "particulièrement graves " explique l’ancien directeur du Cévenol à la barre. Par ailleurs, les expertises psychiatrique, psychologique et le rapport de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) n'ont pas décelé de "dangerosité " chez Matthieu. Le père d’Agnès estime au contraire que sa fille est morte car “des gens n'ont pas fait leur travail ”, et notamment la direction du collège. Cette dernière n’a jamais signalé les problèmes de comportement du jeune homme à la PJJ, ni sanctionné ses manquements au règlement.

  • 28 juin. Fait rarissime, malgré le fait qu’il soit mineur, Matthieu est condamné à perpétuité pour le meurtre et le viol d’Agnès. Ces faits accélèrent encore plus la chute de l'établissement, déjà en proie à de sérieuses difficultés financières et une baisse constante de ses effectifs. L'établissement enregistre un déficit d'environ 650.000 euros. Le meurtre d'une élève, tuée par un autre, incite des parents à retirer les enfants de l'établissement, ce qui accélére encore plus la liquidation judiciaire du collège.

► 2014 - La fermeture définitive

  • Le 24 avril, le tribunal de grande instance du Puy-en-Velay ordonne donc la liquidation judiciaire de l'association gestionnaire du collège Cévenol, aucune offre de reprise n’ayant été jugée sérieuse. La direction du collège-lycée international obtient l'autorisation de finir l'année scolaire, pour laisser le temps aux 87 élèves de passer le baccalauréat. - Le 11 juillet, l’établissement ferme définitivement ses portes, quasiment 75 ans après sa création. Des anciens élèves de ce lieu emblématique évoque “une catastrophe et un gâchis immense ”. La mairie travaille toujours à la reconversion des 15 hectares du site et de ses 10.000 mètres carrés de bâtiments. L’enjeu est essentiel pour cette commune d'un peu plus de 2.500 habitants, car le collège Cévenol était le premier employeur du village.- Le 29 septembre, s’ouvre le procès en appel du meurtrier d’Agnès Marin devant la cour d’assises de Riom, dans le Puy-de-Dôme.
Le collège-lycée international Cévenol, Le chambon-sur-Lignon, bâtiments administratifs
Le collège-lycée international Cévenol, Le chambon-sur-Lignon, bâtiments administratifs © Radio France

→ Notre dossier : Le meurtre d'Agnès Marin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu