Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Foot : Sepp Blatter réélu à la tête de la FIFA

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Sepp Blatter a été réélu président de la FIFA vendredi soir pour un 5e mandat consécutif sur fond d'affaires de corruption qui secouent la fédération internationale de football.

Sepp Blatter, le président de la FIFA
Sepp Blatter, le président de la FIFA © Maxppp

Les soupçons de corruption qui ébranlent la FIFA n'auront pas eu raison de lui. Joseph "Sepp" Blatter a été réélu ce vendredi à la tête de l'instance mondiale du foot.

A 79 ans, le Suisse rempile donc pour un 5e mandat de président. Celui qui dirige le foot mondial depuis 1998 et incarne cette institution depuis 40 ans n'a pas payé la série d'interpellations qui a eu lieu ce mercredi pour des soupçons sur les conditions d'attribution de plusieurs Coupes du monde.

Le Prince Ali abandonne

Au premier tour, Sepp Blatter n'a récolté que 133 voix contre 70 pour le Prince Ali. Pas suffisant pour obtenir les deux tiers des 209 voix pour être élu sans passer par le second tour. Mais entre temps, le prince Ali bin Husseinpour qui Michel Platini avait appelé à voter, s'est désisté.

Ses chances d'élection étaient minimes : la plupart des fédérations asiatiques et africaines avaient fait part de leur soutien au président sortant .

A l'ouverture mouvementée du 65e congrès de la FIFA, Sepp Blatter avait appelé "à l'esprit d'équipe" pour "attaquer les problèmes" et insisté : "Réparons tout de suite les dégâts". Et d'ajouter : "Les fautifs, s'ils sont reconnus coupables, ce sont des individus, pas l'ensemble de l'organisation."

 > A LIRE AUSSI : ce que l'on sait du scandale à la FIFA

Choix de la station

À venir dansDanssecondess