Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Football Leaks : le PSG accusé de s'être arrangé avec l’UEFA pour contourner le fair-play financier

vendredi 2 novembre 2018 à 19:11 - Mis à jour le vendredi 2 novembre 2018 à 20:49 Par Viviane Le Guen et Emmanuel Collardey, France Bleu et France Bleu Paris

Le site Mediapart publie ce vendredi des documents issus des Football Leaks qui montrent que le club parisien et l’UEFA ont négocié un accord à l’amiable pour satisfaire aux règles du gendarme financier de l’instance européenne.

 Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG et Michel Platini en 2015
Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG et Michel Platini en 2015 © Maxppp - Jean-François OTTONELLO

Selon les informations publiées ce vendredi par Mediapart (payant) et un consortium de journaux européens (EIC), le PSG aurait violé les règles du fair-play financier (FPF) qui exige des clubs un équilibre entre dépenses et recettes et la fraude aurait été couverte par les patrons de l’UEFA de l'époque, Michel Platini et Gianni Infantino, aujourd'hui président de la Fifa. 

Objectif ? Éviter au club parisien d'être exclu de la Ligue des champions. Ces révélations s'appuient sur l’analyse de près de 70 millions de documents confidentiels, les Football Leaks. 

Des contrats surévalués

Le montage aurait été rendu possible grâce à l'octroi de "contrats fictifs de sponsoring" passés avec des institutions directement liées à l'Etat du Qatar, à l'image des 1,075 milliard d'euros promis sur cinq ans par l'office du tourisme du Qatar (QTA), soit 215 millions d'euros par an en moyenne.

L'enquête révèle que deux cabinets d'audit missionnés par l'UEFA, les agences Repucom et Octagon, auraient valorisé ce contrat respectivement "à 123.000 euros par an pour l'un, et 2,8 millions d'euros par an pour l'autre, soit entre 77 et 1.750 fois moins que le montant affiché".

À l'époque des faits, le club parisien avait été sanctionné et condamné à payer 60 millions d'euros d'amende. Mais selon Mediapart cette sanction aurait en réalité été négociée entre le PSG et les patrons du football européens

Les transferts de Neymar et Kylian Mbappé en question

D'après Mediapart, le même arrangement a été passé après l'achat, en 2017, de Neymar et Kylian Mbappé pour des montants faramineux : plus de 400 millions d'euros.

Au total, le Qatar aurait injecté 1,8 milliards d'euros sur les sept dernières années, "essentiellement de manière frauduleuse" pour accroître le budget du PSG et s'offrir les meilleurs joueurs du monde.

Des informations démenties par le PSG

Le Paris Saint-Germain "s’est toujours strictement conformé aux lois et réglementations en vigueur et dément fermement les allégations publiées ce jour par Mediapart" a réagi le club vendredi soir. 

Le communiqué mentionne également que le contrat avec l'Office de tourisme du Qatar (QTA) "est connu de l'UEFA et du grand public depuis 2014. En 2014, l'UEFA a confirmé que notre contrat avec l'office du tourisme du Qatar assurait la promotion et le rayonnement du pays". Et de conclure : "Le principe de ce contrat est simple : aujourd'hui, les résultats positifs du PSG sont systématiquement associés au Qatar et profite directement à son image. Depuis la mise en place du fair-play financier, le Paris Saint-Germain a été l'un des clubs les plus audités et les plus surveillés de l'histoire."

En 2016, les Football Leaks avaient mis au jour les mécanismes d'évasion fiscale mis en place dans l'univers du football. Depuis, le Portugais Cristiano Ronaldo a notamment conclut un accord à l'amiable avec la justice, contre un versement de 16,7 millions d'euros.