Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Football Leaks : accusé de fichage ethnique, le PSG dénonce une "initiative personnelle" d'un responsable de recrutement

jeudi 8 novembre 2018 à 17:38 Par Emmanuel Collardey, France Bleu Paris et France Bleu

De 2013 au printemps 2018, la cellule de recrutement du PSG a mentionné des critères ethniques dans ses fiches d'évaluation de jeunes joueurs, révèle Mediapart jeudi dans le cadre des Football Leaks. Le club de la capitale dénonce une "initiative personnelle" d'un responsable du recrutement.

Nasser Al-Khelaïfi et Jean-Claude Blanc
Nasser Al-Khelaïfi et Jean-Claude Blanc © Maxppp -

Paris, France

"Français", "Maghrébin", "Africain" "Antillais" : voilà ce qui est apparu en toutes lettres pendant plusieurs années, sur les fiches de nombreux jeunes joueurs suivis par le PSG.. D'après Mediapart qui révèle l'affaire, ces mentions ethniques ont été utilisées par la cellule qui s'occupait du recrutement hors Ile-de-France. 

La démarche, qui choque en interne, est expliquée lors d'une réunion en mars 2014. Selon Mediapart, Marc Westerloppe, le responsable de cette cellule, y explique qu'il y faut "un équilibre sur la mixité, trop d'antillais et d'africains à Paris". A la suite de quoi le cadre laisse clairement entendre qu'en dehors de l'Ile-de-France, ces profils ne sont pas les bienvenus. La consigne viendrait selon lui "de la direction". Mais elle passe mal : la réunion est houleuse, plusieurs participants s'insurgent. Informée, la DRH s'inquiète et Marc Westerloppe est finalement convoqué par la direction pour un entretien préalable à une sanction... qui ne sera jamais prononcée. Face à la direction, le recruteur se dit victime d'accusations malveillantes, et il est finalement "blanchi". 

Aujourd'hui le PSG reconnaît que des formulaires "avec des contenus illégaux" ont été utilisés par la cellule de recrutement "dédiée aux territoires hors Ile-de-France". Le club affirme en avoir découvert l'existence quand les journalistes qui enquêtaient sur le dossier l'ont contacté, le mois dernier... Soit 4 ans après la fameuse réunion et l'entretien évoqués par Mediapart. "Honnêtement, le ciel leur est tombé sur la tête", affirme pourtant Malek Boutih, mandaté par la club pour s'exprimer sur ce dossier, en tant que membre de la fondation PSG. L'ex député PS parle d'un fichage ethnique "débile", vécu "comme une trahison". Le PSG, qui confirme l'existence de ce fichage, dénonce "une initiative personnelle".