Infos

Football - Soupçons de matches truqués : le match Caen-Nîmes examiné par la commission de discipline de la Ligue

Par Bénédicte Courret, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) dimanche 15 mars 2015 à 19:00 Mis à jour le lundi 16 mars 2015 à 11:00

Jean-François Fortin.
Jean-François Fortin. © MaxPPP

Le match Caen-Nîmes du 13 mai 2014 au cœur d'un scandale de matches présumés truqués, est examiné par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel pendant deux jours à partir de ce lundi. Six personnes sont mises en examen pour corruption dans cette affaire, dont le président du Stade Malherbe Caen et l'ex-président du Nîmes Olympique.

La commission de discipline de la Ligue de football professionnel se réunit ce lundi et pendant deux jours pour entendre les principaux protagonistes du match Caen-Nîmes du 13 mai 2014. Cette rencontre est au cœur d'un scandale de matches présumés truqués. Elle aurait fait l'objet d'une entente entre les deux clubs sur fond de bouteilles de vin livrées par Nîmes après un score qui arrangeait tout le monde. Le match nul (1-1) permettait au Stade Malherbe Caen d'accéder en Ligue 1 tandis que les Nîmois assuraient leur maintien en Ligue 2.

Six personnes sont mises en examen pour corruption dans cette affaire. Parmi eux, Jean-Marc Conrad, alors président du club de Nîmes et qui a démissionné depuis, Serge Kasparian, son principal actionnaire. Côté normand, le président du Stade Maherbe, Jean-François Fortin, est mis en cause, ainsi que "Pilou" Mokkedel, un salarié du club. Enfin, deux intermédiaires potentiels sont également poursuivis, dont Michel Moulin, ancien dirigeant du PSG et du Mans.

Depuis novembre

Au Stade Malherbe, le bras droit de Jean-François Fortin dirige le club. Xavier Gravelaine nie en bloc toutes les accusations portées contre le club. Y compris au début du mois, lorsque le journal L'Equipe publie les extraits du rapport commandé par la Ligue de foot professionnel. Ce rapport conclut que le match Caen-Nîmes a fait l'objet d'une "entente " (article payant). "C'est une affaire nîmoise " assure Gravelaine, qui affirme avoir le rapport en mains.

"La seule chose que j'ai demandée c'est que ce match soit gagné." - Jean-François Fortin

Même réaction de Jean-François Fortin qui a accordé une interview à nos confrères de France 3 Basse-Normandie ce dimanche. Selon lui, "les griefs contre Fortin manquent à l'appel ." Et il précise que le jour du match, il a demandé à son staff et à ses joueurs "que ce match soit gagné, au moins 3-0 ". 

Vidéo : Jean-François Fortin interrogé par France 3

**Soutiens à Fortin

* Le président du Stade Malherbe Caen, en retrait, a reçu de nombreux soutiens. Une pétition lancée par ses amis bas-normands a récolté près de 2.000 signatures. Une page Facebook créée lors de sa mise en examen rassemble 3.368 personnes ce dimanche. Autre soutien influent en faveur du président du club caennais, l'entraîneur de l'AS St-Etienne, Christophe Galtier, a pris clairement position dès novembre en faveur de Jean-François Fortin en affirmant publiquement lors d'une conférence de presse : "C'est un homme honnête, qui aime le football et qui a des valeurs* ." Enfin, des supporters de Malherbe, très actifs et adeptes du second degré sur le réseau social Twitter, avaient créé, en novembre, un mot-clé pour soutenir le président de leur club favori  (voir tweet ci-dessous).

Changement de président au Nîmes Olympique

Au Nîmes Olympique, un nouveau président a été nommé. Christian Perdrier est un proche de Jean-Marc Conrad mais il se défend d'être une "marionnette ". Jean-Marc Conrad avait démissionné quelques jours après sa mise en examen. "Je vais pouvoir consacrer toute mon énergie et mes forces à me défendre" avait-il alors affirmé. 

À LIRE AUSSI ►► L'avenir du Nîmes-Olympique se joue lundi et mardi

Que risquent-ils ? 

La Ligue dispose d'une batterie de sanctions si les tricheries sont avérées. Dans un communiqué, la Ligue rappelle ce vendredi que "l es sanctions éventuelles peuvent aller, pour les personnes physiques, du rappel à l'ordre à la radiation, en passant par l'amende ou la suspension notamment et pour les clubs, du rappel à l'ordre à la rétrogradation ou la mise hors compétition, en passant notamment par des mesures d'amende ou de retrait de points ". La décision devrait être annoncée au plus tard le 23 mars mais quelle qu'elle soit, elle pourra toujours faire l'objet de recours de la part des protagonistes. Six autres rencontres du club gardois, entre le 11 avril et le 16 mai 2014, sont concernés par l'instruction disciplinaire. 

Partager sur :