Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Footballeurs foudroyés près d'Arras : le procureur a expliqué aux parents pourquoi il n'y aurait pas de poursuites

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Le 4 juin dernier, une dizaine d'adolescents qui suivaient un entraînement de football à Saint-Nicolas étaient foudroyés pendant un orage. Un jeune garçon de 13 ans, grièvement blessé, a passé plusieurs jours dans le coma. Le Pas-de-Calais était alors placé en vigilance orange aux orages.

Le stade de Saint-Nicolas-lez-Arras
Le stade de Saint-Nicolas-lez-Arras © Radio France - Cecile Bidault

Saint-Nicolas, France

Le Nord et le Pas-de-Calais, comme de nombreux autres départements, étaient placés en vigilance orange ce jour-là, on attendait de violents orages le 4 juin 2019. Pourtant le ciel était encore clair en fin d'après-midi et rien n'aurait pu laisser penser que les éléments allaient se déchaîner avec une telle violence.

Les moins de 15 ans du club de Saint-Nicolas, près d'Arras, suivaient donc leur traditionnel entrainement de football au stade de la Scarpe. En début de soirée la foudre surprend tout le monde et un éclair s'abat sur la pelouse fauchant une dizaine de joueurs. Mattéo, 13 ans, en arrêt cardiaque est finalement ranimé par les secours avant d'être évacué sur le CHR de Lille.

De nombreuses personnes se sont alors émues des circonstances dans lesquelles s'est déroulé l'accident alors que la région était placée en vigilance aux orages. Quelqu'un devait-il endosser la responsabilité ? "Non" vient donc de répondre la justice.

Le procureur de la République est allé à la rencontre des parents

André Lourdelle, le procureur de la République d'Arras, a réuni les parents des jeunes footballeurs pour leur faire part de ses conclusions. Ses services ont travaillé en concertation avec les spécialistes de Météo-France. Ensemble ils ont étudié les cartes enregistrées ce jour-là pendant les orages et le constat est sans appel : l'impact qui s'est produit sur Saint-Nicolas était isolé et atypique.

"L'essentiel des impacts concernés par cet orage se situaient dans un couloir beaucoup plus à l'ouest" explique André Lourdelle, personne ne pouvait prévoir qu'un éclair aussi violent tomberait à cet endroit-là. 

"Il n'y a aucune faute qui puisse être imputée à quiconque..."

Pour qu'une faute puisse être retenue il aurait fallu qu'il y ait une intention de nuire ou un manquement à l'obligation de sécurité dit la loi, et en l'occurrence ce n'est pas le cas. Quant à la vigilance orange décrétée par le préfet, elle n'implique aucune obligation de confinement ou de mesures de sécurité. 

Les parents peuvent toutefois déposer une plainte

La décision du procureur de n'engager aucune poursuite dans cette affaire ne prive pas pour autant les parents des jeunes joueurs de leur droit porter plainte. "Il y avait une vigilance orange aux orages, j'aurais pu dire à Mattéo qu'il n'irait pas à l'entraînement, pourtant c'est moi qui l'ai déposé au stade, je suis aussi responsable que l'entraîneur ou le club", constate simplement Jérôme, le papa de l'adolescent. 

Jérôme, le papa de Mattéo, ne veut incriminer personne

Et tous les parents des jeunes qui étaient au stade ce jour là semblent du même avis, personne n'en veut aux dirigeants du club de n'avoir pas annulé l'entraînement. 

Le reportage de Claire Mesureur

Aujourd'hui Mattéo va mieux. Après sa sortie du coma, l'adolescent a passé plus d'un mois au centre hospitalier de Lille. Et puis un autre mois à Cambrai pour suivre sa rééducation. Il est toujours suivi à raison de deux demi-journées par semaine et devra à nouveau subir des examens d'ici la fin de l'année. Mais il a fait sa rentrée au collège en classe de quatrième, ravi de retrouver ses copains. Il attend aujourd'hui de pouvoir reprendre ses entraînements avec le club de foot de Saint-Nicolas.

Choix de la station

France Bleu