Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Forcené en Dordogne

Forcené au Lardin-Saint-Lazare déjà condamné pour violences conjugales : "C'est désespérant !"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

La cavale de plus de 36 heures d'un ancien militaire a pris fin ce lundi à la mi-journée au Lardin-St-Lazare. Il était recherché après s'être rendu chez son ex-compagne qu'il avait interdiction d'approcher, lourdement armé. L'association Femmes Solidaires en Dordogne réagit : "C'est désespérant !"

L'homme avait bénéficié d'un aménagement de peine avec port d'un bracelet électronique (image d'illustration)VALLAURI Nicolas
L'homme avait bénéficié d'un aménagement de peine avec port d'un bracelet électronique (image d'illustration)VALLAURI Nicolas © Maxppp - Nicolas Vallauri

"C'est désespérant !" Patricia Cohen, militante et membre de la direction collégiale de l'association Femmes Solidaires en Dordogne, qui lutte contre les violences faites aux femmes, réagit ce lundi sur France Bleu Périgord alors qu'un homme est a été traqué par les gendarmes pendant plus de 36 heures au Lardin-Saint-Lazare. "Ce monsieur, il a un bracelet, et en fait, on se rend compte que malgré le bracelet, il peut, sans problème se rapprocher du domicile de son ex-compagne. On peut s'interroger sur le fait qu'il ait des armes." 

Selon la procureur de la République de Périgueux, le fugitif a été condamné plusieurs fois pour violences conjugales à l'encontre de son ex-compagne, chez qui il s'est introduit dans la nuit de samedi à dimanche. Sa dernière peine avait été aménagée avec obligation de porter un bracelet électronique et interdiction de s'approcher de la mère de ses trois enfants. 

"On a l'impression que la grande cause du quinquennat est une affaire de communication"

"On a l'impression que finalement, la grande cause du quinquennat est une affaire de communication, que les moyens ne sont pas mis là où il faut les mettre en termes de formation, de téléphone grand danger. Le bracelet électronique, oui ! Mais une surveillance, plus de moyens, plus de policiers et de gendarmes... " énumère Patricia Cohen. "Ça peut être paradoxal, pour moi qui prône aussi la liberté individuelle. Mais dans le cas des hommes dangereux, violent, il faut que les femmes soient protégés de ces ex-compagnons violents."

Dans la nuit de samedi à dimanche, un ancien militaire de 29 ans s'est introduit chez son ex-compagne et a tenté de s'en prendre à son nouveau compagnon. Les gendarmes ont été appelés et l'homme a tiré sur leur voiture. L'homme s'est ensuite enfui dans les bois, armé d'un fusil de chasse de gros calibre, il était recherché depuis. La famille de son ex-compagne avait été mise en sécurité.

Plusieurs numéros existent pour venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales
Plusieurs numéros existent pour venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales © Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess