Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Forcené en Dordogne

Forcené au Lardin-Saint-Lazare en Dordogne : un militaire "aguerri" avec une "arme de grande chasse"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord, France Bleu Limousin, France Bleu

Un ancien militaire de 29 ans, armé, était toujours recherché par les gendarmes au Lardin-St-Lazare ce lundi matin après plus de 24 heures de traque. Les investigations se poursuivaient dans une zone boisée et escarpées.

Le préfet de la Dordogne et Général André Pétillot ce lundi à 11h devant la presse.
Le préfet de la Dordogne et Général André Pétillot ce lundi à 11h devant la presse. © Radio France - Charlotte Jousserand

La traque du forcené continuait ce lundi matin au Lardin-St-Lazare. 309 gendarmes étaient mobilisés, 11 véhicules blindés, ainsi que sept hélicoptères, et des équipes cynophiles. Les recherches se concentraient toujours sur 4 km2 de terrain boisé et escarpé situés au dessus des papeteries de Condat. Le périmètre de sécurité est lui, bien plus large et évolutif. 

Lors d'une conférence de presse, à 11h, le commandant de la zone de défense et de sécurité, le général Pétillot, a parlé d'un "homme aguerri", ancien militaire, formé, qui est parti avec un sac, ce qui pourrait indiquer de la préméditation. Il a tiré sur les militaires de la gendarmerie avec "une arme de grande chasse", un fusil de chasse de gros calibre, a-t-il précisé. Un appel à témoins avec une photo du fugitif est diffusé. Un nouveau point presse était annoncé en fin d'après-midi.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les forces de l'ordre se préparaient ce lundi matin à une "opération de longue haleine". "C’est quelqu’un qui est capable de rester plusieurs jours et qui sait se servir d’une arme" a encore précisé le général Pétillot. Il n'y a pas eu contact durant la nuit entre les gendarmes et le fugitif, selon Frédéric Périssat, le préfet, ce lundi à 6h sur France Bleu Périgord. Dans la journée de dimanche, l'homme avait ouvert de feu sur trois voitures de gendarme et sur l'un des hélicoptères. "Notre objectif, c'est de lui permettre de s'expliquer devant la justice" a encore répondu le général Pétillot aux journalistes ce lundi à 11h.

La commune est toujours bouclée

Le préfet de la Dordogne a réitéré sa demande à la population du Lardin St-Lazare, 1.800 habitants, de rester chez elle ce lundi. Les écoles du secteur sont fermées ce jour : deux au Lardin, celle de la Bachellerie, et celle de Condat. Il n'y a pas de transports scolaires. Les entreprises du secteur sont appelées également à rester fermées. Les papeteries de Condat fonctionnent. Les routes menant au Lardin-St-Lazare sont coupées, des déviations sont mises en place.

"On est dans la même configuration que ce dimanche dans la journée", expliquait la maire du Lardin-St-Lazare ce lundi à 8h sur France Bleu Périgord. La mairie avait rendez-vous avec le préfet ce lundi matin pour organiser la vie "confinée". Comme la veille, les aides à domicile ont déjà pu se rendre chez les personnes fragiles, expliquait Françine Bourrat. Toutes les personnes nécessitant de l'aide en urgence ont été recensées, a précisé la maire. 

Deux enquêtes ouvertes

L'homme est un ancien militaire du 126e régiment d'infanterie de Brive. Ce samedi soir, fortement alcoolisé et lourdement armé, il s'est rendu au domicile de son ex-femme au niveau de le Cité des Martreys au Lardin-Saint-Lazare. Il a tenté de s'en prendre à l'ami de son ex-compagne. Les gendarmes, appelés, se sont cachés dans le jardin pour tenter d’interpeller le forcené. C'est alors que leur véhicule a été criblé de balles. Deux enquêtes ont été ouvertes : l'une pour tentative de meurtre sur le compagnon de l'ex du fugitive, l'autre pour tentative de meurtre sur les gendarmes (personnes dépositaires de l'autorité publique).

Un homme déjà condamné

L'homme de 29 ans a déjà été condamné quatre fois pour violences conjugales sur son ex-compagne, faits survenus en 2015, 2017, 2019 et 2020. À la fin de l'année dernière, il avait obtenu que sa peine de huit mois de prison ferme soit aménagée avec le port d'un bracelet électronique. Ce lundi, Patricia Cohen, militante et membre de la direction collégiale de l'association Femmes solidaires en Dordogne réagit : "C'est désespérant !" Elle dit avoir l'impression que "les moyens ne sont pas mis là où il faut les mettre en termes de formation, de téléphone grand danger..." Selon le procureur de la République de Périgueux, le fugitif est né en région parisienne, mais vit en Dordogne depuis ses 7 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess