Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fortes amendes et interdiction de détenir des chevaux pendant cinq ans pour douze habitants de l’Yonne

-
Par , , France Bleu Auxerre

C'est la fin d'une affaire de maltraitance animale qui dure depuis plus de dix ans dans l'Yonne et en Côte d'Or. Douze personnes, âgées de 21 à 90 ans ont été condamnées ce jeudi par le tribunal correctionnel d'Auxerre, pour des mauvais traitements sur un troupeau de 150 chevaux.

Chevaux maltraités
Chevaux maltraités © Radio France - Thomas Jeangeorges

Yonne, France

Ces "éleveurs" étaient dans le viseur des services sanitaires depuis plus de 12 ans. Le délibéré est tombé ce jeudi. Il concerne des faits de 2018 mais les premiers rapports alarmants sur ces éleveurs datent de 2007.

Le tribunal correctionnel les a condamnés à cinq ans d'interdiction de détenir des chevaux. Huit d'entre eux devront payer une amende de 1000 euros chacun, quatre autres devront payer une amende de 800 euros chacun.

Ils devront aussi verser à eux douze, plus de 16 000 euros de dommages et intérêts aux quatre associations qui s'étaient portées partie civile (la fondation Brigitte Bardot, la Fondation 30 millions d'amis, l'association "Respectons" et  la ligue de Protection du cheval).

Les prévenus, qui appartiennent tous à une même communauté, élevaient des chevaux sur des terrains inadaptés selon les services vétérinaires : des terrains trop petits, boueux, sans nourriture suffisante et sans abris. Le tribunal leur a accordé quelques mois pour se séparer des animaux qu'ils possèdent encore à La Roche en Brénil en Côte-d'or et à Saint Père dans l'Yonne.