Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Français enlevés au Bénin : le parquet de Paris ouvre une enquête

-
Par , France Bleu

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris après la prise d'otages de deux touristes français au Bénin, libérés jeudi par les forces spéciales françaises.

Les deux otages français et l'otage sud-coréenne à leur arrivée en France, samedi.
Les deux otages français et l'otage sud-coréenne à leur arrivée en France, samedi. © AFP - FRANCOIS GUILLOT

Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture, ce lundi, d'une enquête préliminaire après l'enlèvement et la séquestration de deux Français au Bénin, libérés par les forces spéciales françaises lors d'une opération au Burkina Faso. L'intervention des militaires a coûté la vie à deux membres du commando Hubert. La justice française est en effet compétente pour enquêter sur les crimes commis contre des ressortissants ou des intérêts français à l'étranger.

La DGSI et la Sous-direction antiterroriste saisies

Cette enquête a été ouverte pour arrestation, enlèvement, séquestration et détention arbitraire d'otage commis en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste, a précisé le parquet. Les investigations ont été confiées à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et à la Sous-direction antiterroriste (Sdat). 

A leur arrivée à Paris, les deux Français ont reconnu qu'ils auraient dû davantage tenir compte de l'avis des autorités diplomatiques françaises déconseillant de se rendre dans cette région en raison d'une forte présence de groupes djihadistes dans la bande sahélienne.