Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Francis Heaulme jugé pour le double-crime de Montigny-lès-Metz

Francis Heaulme peut-il être acquitté ?

La réclusion criminelle à perpétuité a été requise ce jeudi à l'encontre de Francis Heaulme dans le 6e procès en appel du double meurtre de Montigny-les-Metz mais des doutes persistent et les avocats de la défense réclament son acquittement. Le verdict est attendu ce vendredi.

Le dossier Heaulme au procès en appel à Versailles
Le dossier Heaulme au procès en appel à Versailles © Radio France - Cécile Soulé

Versailles, France

La réclusion criminelle à perpétuité a été requise à l’encontre de Francis Heaulme dans le 6e procès du double meurtre de Montigny les Metz. Les avocats généraux ont plaidé ce jeudi pendant deux heures pour réclamer, comme en mai 2017 à Metz, la prison à vie pour le tueur en série, jugé depuis le 4 décembre à la cour d’appel de Versailles pour le meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich le 28 septembre 1986.

Après 3 semaines d’audience, malgré tout, des doutes demeurent sur la culpabilité de Francis Heaulme, puisque dans cette affaire hors norme vieille de 32 ans, les preuves matérielles ont été détruites par la justice en 1995 et l’accusé nie toujours. Le verdict de la cour d’assises des Yvelines est attendu ce vendredi. Dans son réquisitoire, l'un des avocats généraux, Guirec Le Bras, a également rappelé que deux personnes avaient été accusées des mêmes faits et a regretté "les errements" de la justice.

Peut-il y avoir un revirement ? 

Pour l’un des 2 avocats généraux, Olivier Mesrine, "il n’y a pas de réponse de substitution, Francis Heaulme est bien l’auteur du double meurtre". 

Dans un réquisitoire méthodique, le magistrat rassemble tous les éléments à charge évoqués pendant 3 semaines, les témoins qui comptent dans l’accusation : les pêcheurs qui ont recueilli Heaulme ensanglanté le soir du crime, les lettres sur le drame à des co-détenus, les détails troublants non parus dans la presse à l’enquêteur Jean-Francois Abgrall, la violence des 9 autres meurtres pour lesquels le routard du crime a déjà été condamné et la ressemblance avec l’affaire de Montigny-les-Metz. 

Le doute plane encore sur ce dossier

Malgré tout, le doute plane toujours sur ce dossier : il n’y a ni preuves scientifiques- les scellés ont été détruits – ni aveu de Francis Heaulme, qui répète depuis le début du procès « Montigny ce n’est pas moi ». Son avocate Me Liliane Glock s’attaque un à un aux témoignages cités un peu plus tôt qu’elle s’applique à décrédibiliser : déclarations "truffées d’erreurs", "manipulations", dit-elle.  Et l’avocate  conclut : « Je ne vois pas comment on peut soutenir qu’il n’y a pas de doute dans ce procès, or pour condamner quelqu’un il faut avoir des certitudes ». Les 2 autres avocats de de Francis Heaulme, Me Alexandre Bouthier et Me Gil Madec réclament son acquittement.

Les avocats des parties civiles toujours aussi partagés

Malgré les 3 semaines de procès, ils n’ont pas changé d’avis. Me Dominique Rondu, l’avocat de la famille du petit Alexandre, maintient que le doute persiste sur la culpabilité de Francis Heaulme, puisque dans cette affaire hors norme, on est toujours sans aveu et que les preuves matérielles ont été détruites : "On n'est toujours pas convaincus, Francis Heaulme a toujours cette attitude de dire "parfois je dis la vérité, parfois je mens", alors quelle est la part de vérité? Quelle est la part de mensonges?"

Seule l’avocate des parents de Cyril Beining rejoint les réquisitions des avocats généraux pour qui il y a vraiment un faisceau de charges contre le tueur en série. Me Dominique Boh-Petit ne veut pas croire à son acquittement : "Je ne vois pas comment les jurés pourraient se dire "on doute peut-être", sincèrement l'audience a démontré la responsabilité de Francis Heaulme". 

Entre la quasi signature de Francis Heaulme et l’impossible vérité, on saura ce vendredi de quel côte penchent les jurés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu