Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fratricide à Fuans : le suspect était en permission de sortie pendant une peine de prison

Le meurtrier présumé de son demi-frère à Fuans (Doubs) samedi était en permission de sortie, alors qu'il purgeait une peine de prison dans la Meuse. Il avait le droit de se rendre en Alsace et ne devait pas quitter le département du Bas-Rhin.

Vehicule de gendarmerie. (Illustration)
Vehicule de gendarmerie. (Illustration) © Radio France - Benjamin Fontaine

Fuans, France

Le principal suspect du fratricide de Fuans (Doubs) était en permission de sortie, au moment du meurtre, samedi, alors qu'il purgeait une peine de prison en Lorraine, au centre pénitentiaire de Saint-Mihiel, dans la Meuse. Cet homme est mis en examen et placé en détention provisoire depuis ce lundi.

Il n'avait pas le droit de quitter le Bas-Rhin

Il devait sortir de prison en août 2020. Il bénéficiait d'une autorisation de sortie de quatre jours, d'après le Parquet de Besançon, pour rendre visite à sa famille. Il avait le droit de se rendre en Alsace et ne devait pas quitter le département du Bas-Rhin. Il a donc transgressé cette autorisation, puisqu'il s'est rendu chez son demi-frère, à Flangebouche, dans le Haut-Doubs, accompagné de ses deux sœurs. 

Déjà condamné pour violences

Mais la soirée de samedi tourne au drame : les deux frères, ivres, se disputent alors qu'ils rentrent à pied au petit matin sur la départementale 242. Le différend se transforme en déchaînement de violence de suspect envers son demi-frère, avec plusieurs coups de pied à la tête.

Le meurtrier présumé, qui a déjà plusieurs mentions à son casier judiciaire pour des violences, reconnaît les faits en partie. Il risque une peine de 30 ans d'emprisonnement.

Choix de la station

France Bleu