Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fraude agricole en Corse : tous pourris ?

mercredi 5 décembre 2018 à 8:56 Par Hélène Battini, France Bleu RCFM

« La Corse ne peut être une terre de non-droit » ! C’est avec ce message qu’ANTICOR, l’association anticorruption, a adressé ce mardi une plainte au parquet national financier (PNF). Celle-ci vise de possibles détournements de subventions agricoles européennes en Corse.

ANTICOR dénonce en particulier les défaillances des organes publics chargés de superviser et contrôler l’attribution de ces aides aux agriculteurs.
ANTICOR dénonce en particulier les défaillances des organes publics chargés de superviser et contrôler l’attribution de ces aides aux agriculteurs. © Radio France - France Bleu

Corse, France

ANTICOR dénonce en particulier les défaillances des organes publics chargés de superviser et contrôler l’attribution de ces aides aux agriculteurs, tels que les services préfectoraux et les chambres d’agriculture. 

« Détournements massifs » 

Pour ANTICOR, ces détournements auraient été « commis avec la complicité des autorités de contrôle, en profitant du flou de la réglementation ». La plainte s’appuie sur des témoignages locaux et les investigations réalisées par l’OLAF (L’Organisme européen de lutte anti-fraude), qui avait été au préalable saisi d’un signalement effectué notamment par le groupe ANTICOR, comme l’explique Dominique Yvon, son référent. 

Dans sa plainte, Anticor épingle notamment le « flou des textes » entourant le régime déclaratif auquel sont soumis les candidats à la PAC (Politique Agricole Commune). Un flou qui pour l’association anticorruption « aurait profité à un système clanique de privilégiés au détriment du secteur agricole et des plus démunis ».

À noter que les fraudes présumées de la PAC (Politique Agricole Commune) sont déjà au cœur d’une enquête préliminaire ouverte le 14 novembre par le parquet d’Ajaccio pour « escroquerie aggravée ». Un contrôle antifraude inopiné sur 4 exploitations agricoles de la famille d’un dirigeant de la chambre d’agriculture de Corse-du-Sud avait mis en évidence des déclarations de cheptels majorées.

Reportage : Roland Frias