Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fraude organisée dans le BTP en Meurthe-et-Moselle : au moins 700.000 euros de préjudice pour l'Urssaf

mercredi 11 octobre 2017 à 18:44 Par Angeline Demuynck, France Bleu Sud Lorraine

Un homme a été placé en garde à vue à Nancy, soupçonné d'être à l'origine d'une vaste fraude dans le secteur du bâtiment.

Les escrocs agissaient dans le secteur du BTP, de la peinture et de la rénovation de bâtiments
Les escrocs agissaient dans le secteur du BTP, de la peinture et de la rénovation de bâtiments © Maxppp - Sebastien JARRY

C'est une fraude d'une rare ampleur qui a été détectée en Meurthe-et-Moselle. Un habitant de Tomblaine est soupçonné d'avoir escroqué plus de 700.000 euros à l'Urssaf (Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales) via un système de travail illégal.

Les enquêteurs de la division d'atteintes aux biens de Nancy soupçonnent ce trentenaire d'avoir créé plusieurs sociétés éphémères dans le secteur du BTP et embauché des dizaines de salariés sans les déclarer. Pour être sûr d'être contacté par de grands groupes, il traitait avec une société qui, elle, avait tous ses papiers en règle. Une entreprise "coquille" qui lui permettait d'avoir pignon sur rue. Les enquêteurs ont mis au jour un chantier à Lunéville avec plus de 250 travailleurs embauchés sur un an. Il pourrait y en avoir d'autres. Préjudice estimé pour l'heure : 710.000 euros.

jL'homme a été remis en liberté car le parquet veut continuer l'enquête. 91.000 euros ont été gelés sur les comptes bancaires des sociétés impliquées.