Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Front national : la justice confirme l'exclusion de Jean-Marie Le Pen mais maintient son statut de président d'honneur

-
Par , France Bleu

La cour d'appel de Versailles a rendu ce vendredi sa décision dans le contentieux qui oppose Jean-Marie Le Pen à sa fille Marine. La justice confirme le jugement rendu en première instance.

FN : la justice confirme l'exclusion de Jean-Marie Le Pen mais maintient son statut de président d'honneur                    cal-alv/tmo/kp  - AFP
FN : la justice confirme l'exclusion de Jean-Marie Le Pen mais maintient son statut de président d'honneur cal-alv/tmo/kp - AFP © Maxppp -

L'exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national a été confirmée vendredi par la cour d'appel de Versailles qui a estimé cependant que cela n'avait "pas d'effet sur sa qualité de président d'honneur". Le co-fondateur du FN contestait son exclusion, prononcée en août 2015 par la direction du parti présidé par sa fille Marine. 

Le FN condamné à des dommages et intérêts

La cour a ainsi suivi le jugement de première instance, intimant au parti de permettre à son ancien président et cofondateur de participer aux instances dirigeantes sous peine d'une astreinte qui a été relevée en appel de 2.000 à 5.000 euros. Le FN est par ailleurs condamné à verser 25.000 euros de dommages et intérêts à Jean-Marie Le Pen, contre 15.000 en première instance. 

Il avait été exclu par la direction du FN pour une série de déclarations "constituant des fautes graves" : ses propos réitérés sur les chambres à gaz "détail" de l'Histoire, qui lui ont valu d'être condamné par la justice, sa défense du maréchal Pétain mais aussi des critiques contre les instances dirigeantes du parti. La décision de première instance du tribunal de Nanterre avait été jugée "aberrante" par Marine Le Pen. Le FN avait fait appel et le dossier avait été de nouveau examiné le 11 décembre par la cour d'appel de Versailles. 

Accès interdit au congrès

Mais cette décision de justice risque d'être rendue rapidement caduque : les militants doivent voter, lors du congrès du parti les 10 et 11 mars à Lille, sur la suppression du poste de président d'honneur, déjà actée le 23 janvier par la direction du FN. 

Cette dernière a annoncé vendredi dans la foulée du jugement que l'accès à ce congrès serait interdit à Jean-Marie Le Pen.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu