Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fuite massive de données médicales : le parquet de Paris ouvre une enquête

Le parquet de Paris a annoncé ce jeudi avoir ouvert une enquête concernant la fuite massive de données médicales qui a été constatée mardi. Au total, 500.000 personnes sont concernées.

Les données de 500.000 personnes ont été piratées (illustration).
Les données de 500.000 personnes ont été piratées (illustration). © Maxppp - Vincent Voegtlin

Le parquet de Paris a annoncé jeudi 25 février qu'une enquête a été ouverte mercredi à propos de la fuite massive de données médicales constatée mardi. C'est la section cybercriminalité du parquet de Paris qui est en charge du dossier. L'enquête a elle été confiée à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC). 

Il s'agit d'une enquête pour "accès et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données" et "extraction, détention et transmission frauduleuse" de ces données, a précisé le parquet de Paris. 

500.000 personnes concernées

Au total, 500.000 personnes sont potentiellement concernées par cette fuite. Le fichier piraté concerne une trentaine de laboratoires de biologie médicale. Les personnes concernées habitent dans le quart nord-ouest de la France et ont utilisé la même plateforme. Des données sensibles comme leur nom, leur adresse, leur numéro de sécurité sociale ou certains renseignements médicaux circulent sur le web. 

Mercredi, la Commission nationale de l'informatique et des libertés a lancé des contrôles au sujet de cette fuite. En effet, ce genre d'incident doit normalement être signalé dans les trois jours, selon le règlement général sur la protection des données (RGPD).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess