Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fusillade à La Paillade : trois personnes devant le juge

mercredi 27 juin 2018 à 21:18 Par Sébastien Garnier, France Bleu Hérault

Après la fusillade à La Paillade en début de semaine, le procureur de la République de Montpelier a fait ce mercredi le point sur l'enquête.Trois personnes ont été présentées à la justice.Deux des protagonistes, blessés par balles, sont toujours hospitalisés mais leurs jours ne sont plus en danger.

Le lieu de la fusillade à la Paillade
Le lieu de la fusillade à la Paillade © Radio France - Sébastien Garnier

Montpellier, France

Trois jours après la fusillade dans le quartier de la Paillade à Montpellier, trois personnes ont été présentées à la justice mercredi soir. Il s'agit de deux frères  de 21 et 22 ans blessés à l'arme blanche ( sans doute un couteau) et d'un homme de 23 ans qui n'a pas été blessé et qui est un  proche des deux autres frères blessés gravement par balles et qui eux sont toujours à l'hôpital.

Rien à voir avec un règlement de compte à la Marseillaise

Une information judiciaire est ouverte pour tentative d'assassinat sur les personnes blessées par balle et tentative de meurtre sur les personnes blessées à l'arme blanche. Les enquêteurs du SRPJ tentent de comprendre les raisons qui ont poussé à ce déchaînement de violence qui n'a rien à voir avec un règlement de compte. "On a des gens qui n'étaient pas cagoulés, qui n'ont pas utilisé des armes de guerre, nous sommes face à une explosion de violence mais pas sur une dérive à la Marseillaise" estime Jean-Philippe Fougereau directeur du SRPJ de Montpellier.

Jean-Philippe Fougereau directeur du SRPJ de Montpellier

Six coups de feu tirés

On sait que les faits se sont déroulés en deux temps. Il y a eu une première altercation a proximité du centre commercial saint Paul puis une seconde  au cours de laquelle est utilisé un revolver de gros calibre qui n'a pas été retrouvé. Les enquêteurs ont mis la main en revanche sur un couteau ensanglanté, probablement l'arme blanche qui a servi. 

Ils savent que six coups de feu ont été tirés mais difficile de connaître les raisons du conflit explique Christophe Barret procureur de la république de Montpellier car "les deux groupes racontent qu'ils n'ont fait que répondre à l'agression de l'autre". 

Les deux groupes sont connus pour des  violences ou des affaires de drogue, l'un des blessés a même été condamné à cinq ans de prison ferme pour trafic de stupéfiants en 2015 mais il y aurait aussi derrière tout cela,une querelle familiale.

La scène de crime a été "nettoyée",des traces et des indices ont disparu. Le procureur invite les personnes qui ont connaissance d'éléments susceptibles de faire avancer l'enquête à venir témoigner,  il leur garanti l'anonymat.

Le procureur de la République Christophe Barret invite les témoins à parler