Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fusillade à Toulouse : "La quatrième ville de France est oubliée", dénonce Unité SGP Police

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Après une nouvelle fusillade mortelle survenue lundi soir quartier des Trois Cocus à Toulouse, le syndicat Unité SGP Police dénonce le manque de policiers nationaux dans la ville. Elle est "oubliée" par l'Etat estime son secrétaire régional.

Une fusillade a éclaté lundi soir quartier des Trois Cocus
Une fusillade a éclaté lundi soir quartier des Trois Cocus © Maxppp - Xavier de Feynol

Un jeune de 30 a été tué par balle lundi soir à Toulouse, deux autres gravement blessés. Il pourrait s'agir d'un règlement de comptes sur fond de trafic de drogue selon le parquet de Toulouse. Pour le syndicat Unité SGP Police, cette nouvelle fusillade montre à quel point la ville est sous-dotée en effectifs de police nationale.

"On est le parent pauvre, les oubliés de notre ministère." — Didier Martinez

Le syndicat Unité SGP Police réclame depuis plusieurs années un renfort de policiers nationaux. Didier Martinez, son secrétaire régional, estime que la ville de Toulouse est oubliée : "On a vu récemment un déplacement du ministre de l'Intérieur à Nice qui a doté immédiatement la ville de soixante policiers supplémentaires. Ici à Toulouse, malgré la récurrence de ces événements, on voit qu'on est les oubliés de notre Ministère".

"Toulouse est en pénurie d'effectifs depuis quatre, cinq ans." — Didier Martinez

L'insécurité à Toulouse ne se règle pas autrement que par des moyens humains estime Didier Martinez : "Il n'y a pas de secrets. Il faut mettre du policier sur la voie publique mais aussi avoir suffisamment de personnel pour mener des enquêtes, des investigations pour aboutir à de l'élucidation. Toulouse est en pénurie d'effectifs depuis quatre, cinq ans". 

Unité SGP Police réclame 150 policiers nationaux supplémentaires. Selon le syndicat, ils sont 1.400 en Haute-Garonne dont 1.300 à Toulouse. Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, réclame également à l'État des moyens supplémentaires. Un rendez-vous est prévu à la rentrée avec le Premier ministre Jean Castex.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess