Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fusillade de Bastia, le point d’étape de l’enquête

mercredi 13 février 2019 à 23:26 Par Patrick Rossi, France Bleu RCFM et France Bleu

Quinze jours après la fusillade qui avait fait un mort et cinq blessés dans les quartiers sud de Bastia, la procureur de la République a fait un point d’étape de l’enquête. Les investigations ont permis de lever le voile sur certains points. Mais on ne connait toujours pas le mobile.

La procureur de la République de Bastia fait le point sur l'enquête après la fusillade meurtrière survenue dans les quartiers sud de la ville
La procureur de la République de Bastia fait le point sur l'enquête après la fusillade meurtrière survenue dans les quartiers sud de la ville © Radio France - Patrick Rossi

Bastia, France

Caroline Tharot a jugé bon de faire un point sur l’avancement de l’enquête après la fusillade qui, le mercredi 30 janvier, avait fait un mort et cinq blessés dans les quartiers sud de Bastia. Quinze jours plus tard, et après l’audition de 84 témoins et victimes, les enquêteurs en savent un peu plus sur le déroulement des faits. 

Un mobile toujours flou

La chronologie des faits se précise. Le mobile, lui, reste incertain. Tout a commencé ce jour-là à 16h03. Un premier appel arrive au 17. Neuf autres suivront dans les minutes suivantes. Les premières équipes de police arrivent sur les lieux. L’un des policiers est sérieusement blessé au cou. Il parvient néanmoins à riposter et blesse également son agresseur. 

Mais Joseph Orsoni a déjà fait beaucoup de mal à ce moment-là. Il a gravement blessé un jeune homme ainsi que le gardien de l’immeuble qui décédera des suites de ses blessures peu après. Joseph Orsoni s’est ensuite retranché dans l’immeuble « Les Orchidées » dont le rez-de-chaussée a été sécurisé par les forces de l’ordre. L’un des appartements situé à ce niveau sera même converti en poste médical avancé. Le forcené, lui, se promène dans les étages, tirant à travers les portes de plusieurs appartements. Armé de deux fusils de chasse à canons juxtaposés et portant deux cartouchières (près d’une soixantaine de cartouches, dont des chevrotines), il fera feu à 27 reprises. Il retournera contre lui l’une de ses armes un peu plus tard dans la soirée. 

Armé jusqu’aux dents

Outre les deux fusils de chasse et le cutter, les enquêteurs ont saisi lors des perquisitions de l’appartement du forcené un autre fusil, à pompe, une arme de poing ainsi que 301 munitions, dissimulées en différents endroits, cachées pour certaines sous un sac de pommes de terre. 

L’exercice effectué par la procureur de la République de Bastia n’est donc qu’un point d’étape dans une enquête qui se poursuit et dont chacun espère qu’elle sera en mesure d’apporter prochainement de nouvelles précisions.