Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fusillade de Châlette-sur-Loing: la légitime défense retenue par l'IGPN

mercredi 20 septembre 2017 à 18:54 Par Jérémy Marillier, France Bleu Orléans

Un mois après la fusillade de Châlette-sur-Loing, l'IGPN conclut que les policiers ont agi en état de légitime défense lors de la fusillade avec un automobiliste tentant de leur échapper. Leur intervention rentre donc bien dans le cadre de la nouvelle loi sur la légitime défense.

Le 19 août dernier, un homme a été abattu par la police en tentant de s'enfuir en voiture à Chalette-sur-Loing
Le 19 août dernier, un homme a été abattu par la police en tentant de s'enfuir en voiture à Chalette-sur-Loing © Maxppp - Maxppp

Châlette-sur-Loing, France

Après un mois d'une enquête difficile, l'Inspection Générale de la Police Nationale conclut à la légitime défense dans l'affaire de Châlette-sur-Loing. La police des polices estime que l'intervention rentrait dans le cadre de la nouvelle loi sur la légitime défense. La fusillade s'était déroulée le samedi 19 août à 17h30, dans le quartier Kennedy.

A l'issue des investigations, le procureur de la République d'Orléans a malgré tout ouvert une information judiciaire contre X pour "violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l'autorité publique et avec arme" . Une plainte alors que l'IGPN écarte la bavure policière.

Deux policiers ont atteint la victime

Les enquêteurs de la police des polices (restés sur Châlette une semaine entière après le drame) estiment que l'intervention entre dans le cadre de La loi L435-1 du 28 février 2017 du code de la sécurité intérieure qui aligne le cadre de l'usage des armes par la police sur celui des militaires de la gendarmerie. Ce texte permet aux policiers, dans certaines conditions, de faire feu sur le fuyard. Mais le nouveau procureur d'Orléans, Nicolas Bessone, veut malgré tout poursuivre l'enquête. Deux policiers ont atteint Luis, la victime. On connaît leur nom. Une balle a été mortelle, mais le procureur veut en savoir plus, sur l'enchaînement des tirs.

Le 19 août dernier, ces policiers ont tué un homme qui tentait de prendre la fuite à bord de sa voiture après les avoir menacé avec un couteau. Les policiers avaient fait feu, une vingtaine de balles avaient été tirées. La victime souffrait de troubles psychiatriques. L’intervention des policiers avaient été filmée par des riverains et elle avait ensuite fait le tour des réseaux sociaux.