Faits divers – Justice

Un mort et plusieurs blessés dans une fusillade près du Vieux-Port de Marseille

Par Marion Bernard, Aurélien Tiercin et Laurent Grolée, France Bleu Provence et France Bleu dimanche 13 septembre 2015 à 9:26 Mis à jour le lundi 14 septembre 2015 à 11:08

© Max PPP

Une fusillade a éclaté vers 6h dimanche matin devant le bar O'Stop, dans le quartier de l'Opéra, près du Vieux-Port de Marseille. Des tirs à la kalashnikov qui ont fait un mort et plusieurs blessés dont deux gravement atteints.

La scène se déroule quartier de l'Opéra au petit matin devant le snack-bar O'Stop, ouvert jusqu'à 7h du matin et où les jeunes fêtards ont l'habitude de se rejoindre en fin de soirée. Selon Sabine Bernasconi, la maire du premier secteur de Marseille contacté par France Bleu Provence,  tout est parti d'une simple altercation entre un vigile de l'établissement et des clients. 

Ces derniers sont revenus, à bord d'une  grosse cylindrée et ont fait feu, la vitre baissée, sur la terrasse du snack. Selon les premiers éléments de l'enquête, ils auraient tiré à la kalachnikov (plusieurs douilles de gros calibre - 7.62 millimètres et 9 mm - ont été retrouvées sur place),  et la victime est tombée devant l'enseigne. C'est le vigile qui était visé.

Plusieurs clients ont été touchés, par balles ou par des éclats de vitre. Selon Brice Robin, le Procureur de Marseille, le fils du patron du bar, dont le corps n'a pas encore été identifié avec une totale certitude, serait mort. Deux ou trois autres personnes sont blessées et leur pronostic vital est engagé.

 "Ils ont d'abord tiré sur la terrasse, et puis ensuite ils sont partis et ont tiré en l'air", raconte un témoin interrogé sur place.

un témoin : "C'est le videur, un jeune polonais, qui était visé"

La police judiciaire marseillaise a été saisie de l'enquête, et doit déterminer si deux armes ont été utilisées par les agresseurs, ou s'il y a eu des tirs de riposte. Dans la foulée de fusillade, Bernard Cazeneuve, le ministre de l’intérieur annonce qu'il proposera prochainement (d'ici six semaines) un plan global "extrêmement offensif" pour lutter contre le trafic et la détention d'armes.

"D'abord éradiquer celui qui manipule la gâchette"

Cet engagement du gouvernement fait réagir Michel Bourgat,  ce papa dont le fils, Nicolas, a  été poignardé en pleine rue à Marseille en septembre 1996, alors qu'il n'avait que 16 ans. Intervenant régulièrement dans les lycées pour parler de la violence,  ce médecin reconnaît que se débarrasser des armes, "ça fait partie de l'équation", mais qu'il faut "avant tout éradiquer celui qui manipule la gâchette".

Auteur du livre "Comment des enfants deviennent des assassins", Michel Bourgat déplore que "notre société a créé une espèce de population  qui vit dans le virtuel,  des personnes ego-centrées avec un affect zéro, qui ne vivent que dans le matérialisme"

Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a dévoilé l'identité de Yassin Salhi vendredi en début d'après-midi. - Radio France
Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a dévoilé l'identité de Yassin Salhi vendredi en début d'après-midi. © Radio France - Denis Souilla