Faits divers – Justice

Triple meurtre à Marseille : la piste du règlement de comptes réfutée

Par Wassila Guittoune et Lucas Valdenaire, France Bleu Provence et France Bleu dimanche 25 octobre 2015 à 8:52

Trois morts dont deux mineurs dans ce quartier des Lauriers
Trois morts dont deux mineurs dans ce quartier des Lauriers © Radio France - Lucas Valdenaire

Trois jeunes ont été tués dans le quartier des Lauriers à Marseille dans la nuit de samedi à dimanche. Parmi eux, deux mineurs de 15 ans et un adulte de 24 ans. La piste du règlement de comptes, initialement privilégiée, est désormais réfutée par le procureur de la République.

Les victimes se trouvaient au pied d'un immeuble du quartier des Lauriers, quartier dit "sensible" du 13e arrondissement de Marseille. Les marins pompiers n'ont rien pu faire lorsqu'ils sont arrivés sur place.

Les traces d'impact à l'entrée de l'immeuble où a eu lieu le drame - Radio France
Les traces d'impact à l'entrée de l'immeuble où a eu lieu le drame © Radio France - Lucas Valdenaire

Dans la matinée de dimanche, quelques traces de sang étaient encore visibles sur le sol. Ce sont les habitants qui ont pris les balais pour nettoyer les lieux. 

Une vingtaine de cartouches de 9mm

Vers 2h du matin, une voiture débarque et plusieurs individus ouvrent le feu, juste en bas de l'immeuble. Les trois victimes se trouvaient dans la cage d'escaliers. Une vingtaine de cartouches de 9mm, d'une arme automatique mais pas d'une kalachnikov, ont été retrouvées sur place. L'une des victimes mineures était bien connue des services de police pour vol avec violence. 

Peu après le drame, deux véhicules brûlés ont été retrouvés à Gardanne, à une vingtaine de kilomètres au nord de Marseille.

Beaucoup d'habitants  ne souhaitent pas s'exprimer. Pour cette dame à l'arrêt de bus : "c'est très choquant, surtout pour ces deux adolescents."

"Mais malheureusement, on commence à avoir l'habitude".

Stéphane Ravier, maire de 13e arrondissement sur les lieux de la fusillade - Radio France
Stéphane Ravier, maire de 13e arrondissement sur les lieux de la fusillade © Radio France - Lucas Valdenaire

Le sénateur-maire FN  des 13e et 14e arrondissements de Marseille est venu sur place, quelques heures après le Préfet de police des Bouches-du-Rhône et le Procureur de la République de Marseille.  Stéphane Ravier parle de "cité en dehors des règles, de la République, en autarcie". Il veut plus de policiers sur le quartier des Lauriers pour "démanteler les réseaux de drogue".

"Supprimer les aides sociales aux parents irresponsables", Stéphane Ravier (FN)

L'élu Front National du secteur est "choqué" mais "pas étonné" par le triple-crime. "Les guetteurs sont tous des adolescents, voire des enfants", déplore Stéphane Ravier. "Le problème c'est qu'ils sont très vite déscolarisés, ils ne bénéficient d'aucune attention de la part de leurs familles. Il faudrait supprimer les aides sociales  aux parents qui ne s'occupent pas de leurs enfants. Supprimer notamment l'allocation de rentrée scolaire s'ils ne les envoient à l'école. Ce serait une manière de les responsabiliser les familles défaillantes".    

La cité des Lauriers est connue comme étant une plaque tournante du trafic de drogue à Marseille. En mai dernier, 300 policiers avaient mené une opération spéciale et avaient alors arrêté une vingtaine de personnes.

"Sanctionner plus lourdement les acheteurs de cannabis", Stéphane Mari (PS)

Stéphane Mari, chef de file des socialistes au Conseil Municipal de Marseille fait une proposition-choc pour que pareille tragédie ne se reproduise plus : "Il faudrait condamner plus lourdement les clients, ces consommateurs de drogue qui vont se servir comme au supermarché pour acheter leur petite résine de cannabis. Ça suffit !" . Également conseiller municipal des 13e et 14e arrondissement, Stéphane Mari estime que "si monsieur-tout-le-monde risquait de la prison et de lourdes amendes, peut-être qu'il réfléchirait à deux fois avant d'aller se fournir dans les cités".

Les règlements de comptes ont fait 11 morts depuis le début de l'année à Marseille. 

"Lâchement assassinés"

Selon le Préfet de police, la piste d'un règlement de comptes est donc largement privilégiée. Selon lui, il s'agirait d'un triple homicide "lié à une tentative de reprise du trafic". Au mois de mai dernier, un réseau a été démantelé dans ce même immeuble.

Mais_ _le procureur de la République réfute ce lundi cette thèse. Il explique que les trois victimes n'étaient pas les cibles prioritaires. Les tueurs seraient partis à la recherche d'autres personnes dans l'immeuble. Et devant le refus de donner plus d'informations, les trois jeunes auraient été abattus.

"Les trois victimes n'étaient pas connues pour trafic de stupéfiants. Ils ont été lâchement assassinés"

Les auteurs des coups de feu sont toujours en fuite. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Marseille.