Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Fusillade d'Ollioules : "Ça ressemble à un guet-apens" selon le vice-procureur de la République de Toulon

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Provence, France Bleu

La piste du règlement de comptes ne fait aucun doute ce lundi après la fusillade qui a fait trois morts, dont une vacancière, et un blessé dimanche soir dans une station de lavage d'Ollioules (Var). Les deux tireurs sont toujours activement recherchés.

La fusillade a eu lieu dans une station-service à Ollioules (Var)
La fusillade a eu lieu dans une station-service à Ollioules (Var) © Maxppp -

Toulon, France

"La piste du règlement de comptes est privilégiée" ce lundi après la fusillade qui a fait trois morts et un blessé dimanche soir sur la RD11 à Ollioules et dont les auteurs sont toujours en fuite, selon Dominique Mirkovic, vice-procureur de la République de Toulon. "Le mode opératoire et le profil des deux jeunes tués ne laissent aucun doute." Deux des victimes visées par des tirs d'arme automatique sont deux hommes de 29 et 30 ans, Wissem D. et Woigdi B, "connus très défavorablement des services de police". L'un d'eux avait d'ailleurs été condamné en 2017 dans le cadre d'un trafic de stupéfiants. 

Une des deux victimes portait une sacoche contenant un pistolet automatique chargé mais pas "chambré" (la balle n'était pas engagée dans le canon), 200 g de résine de cannabis conditionné pour la vente au détail et des espèces. Ils étaient arrivés "sur les lieux une heure avant les tirs, à bord d'un scooter de grosse cylindrée", ont été touchés alors qu'ils s'enfuyaient en courant et sont morts à l'hôpital des suites d'une hémorragie.

"Ça ressemble à un guet-apens." Dominique Mirkovic, procureur adjoint de Toulon

La troisième personne tuée dans la fusillade est une victime collatérale : une femme de 58 ans qui circulait à scooter avec son mari et a été victime d'une balle perdue, comme son époux, grièvement blessé et dont les jours ne sont plus en danger ce lundi. Ce couple originaire de Vesoul (Haute-Saône) était en vacances dans sa résidence secondaire, achetée dans la commune il y a trois ans.  

Les auteurs des tirs étaient deux et sont arrivés par l'arrière de la station de lavage, en traversant à pied la rivière Reppe. Ils ont pris la fuite en retraversant le cours d'eau et sont toujours activement recherchés par les forces de l'ordre. Une enquête a été ouverte pour "assassinat en bande organisée" et "association de malfaiteurs", confiée à l'antenne toulonnaise de la police judiciaire. C'est désormais la JIRS de Marseille qui est en charge du dossier.

Quarante-quatre étuis de différents calibres ont été retrouvés par les enquêteurs sur place et plusieurs balles perdues ont atteint les murs des immeubles situés de l'autre côté du rond-point. Deux types de douilles différents ont été découverts sur le lieu de la fusillade.

"29 étuis de calibre 7-62, qui correspond à un fusil d'assaut de type Kalachnikov, et 15 étuis de calibre 9 millimètres, possiblement tirés avec un pistolet automatique ou mitrailleur ont été retrouvés."

Dimanche soir, le maire d'Ollioules évoquait déjà un règlement de comptes. Selon une source proche de l'enquête, "il s'agit d'une guerre de clans, qui se disputent le marché local de la drogue".

Avant cette fusillade, le département du Var avait déjà été marqué par trois règlements de comptes en 2019, dont un dans une cité sensible de Hyères.

Choix de la station

France Bleu