Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fusillade sur la place Bonnyaud : 18 ans de réclusion criminelle pour les assassins de Kévin Gentil

-
Par , France Bleu Creuse

Au terme de cinq jours de procès à la cour d'Assises de la Creuse, deux jeunes Guérétois ont été condamnés ce vendredi à 18 ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de Kévin Gentil, tué par un coup de fusil sur la place Bonnyaud le 14 juillet 2016.

L'avocat général avait requis 20 ans de réclusion criminelle.
L'avocat général avait requis 20 ans de réclusion criminelle. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Il aura fallu plus de sept heures aux jurés pour délibérer et répondre à la question : Adhémar et Jessy âgés de 20 ans au moment des faits, ont-ils tué volontairement et avec préméditation Kévin Gentil, 24 ans, mort une balle dans tête, le 14 juillet 2016 sur la place Bonnyaud ? La réponse est oui. Le jury a tranché après avoir écouté les réquisitions de l'avocat général et les plaidoirie de la défense. 

"Ce n'est pas une mort par surprise, c'était une traque"

Pour l'avocat général, il n'y avait pas de doute. "Ils se sont engrainés tout l'après-midi" reprend-il dans sa voix. Les deux Guérétois avaient bien l'intention de tuer Kévin Gentil. Et cette intention se caractérise par "le moyen dangereux utilisé : un fusil et la partie vitale visée : la tête" explique le magistrat. Ce jour là, vers 23 heures sur la place Bonnyaud, c'est Adhémar qui tire mais c'est Jessy qui lui tend les cartouches et qui lui dit "Vas-y tire, tire". Jessy est complice, il aurait même pu être jugé en tant que co-auteur selon l'avocat général.

"C'était pour impressionner" 

_"Alors oui Adhémar est responsable de la mort. Il ne s'exonérera pas de la culpabilité"  mais il n'avait pas la volonté de tuer affirme son avocat Maître Guillaume Viennois. Il revient sur le parcours de son client, son adoption, son enfance dans une famille exclusivement féminine,"sans repère masculin", où il ne connait pas la frustration. A 18 ans, il se rapproche de Jessy chez qui il trouve un "pair". Il décrit son client comme taiseux, calme, gentil et influençable. Adhémar a été "dépassé", il ne voulait pas tuer Kévin, "Il voulait l'impressionner, il voulait lui faire peur, il l'a toujours dit."_

"Radio rumeur"

De son côté, Maître Philippe Lefaure, l'avocat de Jessy accable les témoins. "Alors les témoins c'est radio rumeur !" Il évoque leurs mensonges et l'absence d'émotions des amis de Kévin. "Il n'y a aucun témoignage direct d'une rivalité entre Jessy et Kévin liée au trafic de drogue, ce sont des rumeurs. Adhémar est influençable, Jessy est son mentor, son maître à penser ? Ce sont des rumeurs. On ne fonde pas une culpabilité sur les rumeurs !" L'avocat plaide l’acquittement de son client. "Si vous pensez que Jessy n'est pas coupable, vous en avez le droit." 

La parole est ensuite laissée aux accusés. Après avoir gardé la tête baissée tout le procès, ils se lèvent l'un après l'autre et s'adressent à la famille de Kévin : "Ce qu'on a fait est impardonnable, je m'excuse sincèrement" dit Jessy en sanglotant. Adhémar ne retient pas ses larmes : "Vous ne pardonnerez jamais mais je tiens à vous demander pardon. le lien que Kévin avait avec sa grand-mère est le même que celui que j'vais avec ma grand-mère, ça me touche" Ils se rassoient, et baissent encore davantage la tête. 

Toujours aucun mobile

4 ans après les faits, et après 5 jours de procès, on ne connait toujours pas le mobile de l'assassinat appelle l'avocat général. Maître Imane Krimi-Chabab, avocate de la grand-mère et du cousin de Kévine : "Nous repartons aujourd'hui avec toujours la même interrogation : pourquoi un jeune homme de 24 ans est abattu dans des conditions tragiques ? et pour laquelle aujourd'hui nous n'avons absolument aucune réponse." 

Adhémar et Jessy ont été condamnés à 18 ans de réclusion criminelle dont de 9 ans de sûreté et de 8 ans de suivi socio-judiciaire assorti de 3 ans de prison en cas de manquement à ce suivi. Ils ont également l'interdiction de porter une arme pendant 5 ans. Ils ont dix jours pour faire appel de la décision.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess